Territoires palestiniens-Rencontre entre Catherine Colonna et son homologue (13. Jul. 22)

Mme Catherine Colonna, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est entretenue le 13 juillet avec son homologue palestinien, M. Riyad al-Maliki.

Les ministres ont fait le point sur la situation à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens. Compte tenu des tensions, le ministre [français] a réitéré la nécessité de s’abstenir de mesures unilatérales. Elle a déploré la poursuite de la politique de colonisation israélienne, qui va à l’encontre du droit international et met en péril la viabilité de la solution à deux États.

Mme Catherine Colonna a réaffirmé que la France est pleinement mobilisée, aux côtés de ses partenaires internationaux, pour qu’une perspective politique soit rétablie. Elle a déclaré que seule la solution de deux États vivant côte à côte dans la sécurité à l’intérieur de frontières reconnues par la communauté internationale, les deux ayant Jérusalem pour capitale, peut conduire à une paix juste et durable dans la région.

Le ministre s’est félicité du récent déblocage de l’aide financière européenne à la population palestinienne, que la France a joué un rôle pleinement actif dans la sécurisation. Elle a réitéré l’engagement de la France à soutenir la construction d’un futur Etat palestinien en approfondissant sa coopération bilatérale dans tous les domaines.

La France fait don d’un laboratoire mobile d’analyse ADN à l’Ukraine-Communiqué de presse conjoint du ministère de l’Intérieur et de l’Outre – Mer et du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (15 juil. 2022)

La France est résolument engagée à ce que les responsables des atrocités de masse commises dans le cadre de l’agression russe contre l’Ukraine répondent de leurs actes et soient traduits en justice. Conformément aux instructions du Président de la République, le Ministère de l’Intérieur et de l’Outre-Mer et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères restent pleinement mobilisés pour apporter un soutien concret aux efforts déployés en ce sens par les autorités ukrainiennes et la Cour pénale internationale (CPI).

Dans ce cadre, la France met un juge et plusieurs enquêteurs spécialisés à la disposition du Bureau du Procureur de la CPI et a apporté une contribution financière exceptionnelle de 500 000 €à la CPI. Une mission de deux médecins légistes et d’une quinzaine de gendarmes de l’Institut de Recherches Criminelles de la Gendarmerie Nationale (IRCGN) est également déployée sur le terrain depuis plusieurs semaines, en réponse à une demande des autorités ukrainiennes. Sous l’impulsion de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, le mandat de l’agence Eurojust a également été renforcé pour permettre à l’agence de conserver, stocker et analyser les preuves de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes de génocide, en vue de les redistribuer aux enquêtes pénales ouvertes par l’Ukraine, par les autorités judiciaires des États membres de l’UE et par la Cour pénale internationale.

Le 14 juillet 2022, le Centre de crise et de soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a mis à la disposition du Parquet général ukrainien un nouveau laboratoire mobile dédié à l’analyse et à l’expertise rapides de l’ADN. Ce laboratoire d’ADN, similaire à celui déployé sur le terrain par la mission d’appui médico-légal de l’IRCGN et financé par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, est un dispositif déployable sans équivalent dans le monde de la génétique médico-légale, permettant de réaliser rapidement des analyses génétiques sur une grande quantité d’échantillons biologiques. Il a été développé par la société française TRACIP (Deveryware Group) en collaboration avec l’IRCGN, expert en identification des victimes (prélèvement et traitement de l’ADN) et en collecte de preuves.

Solidaire du peuple ukrainien, la France continuera d’apporter son soutien à la lutte contre l’impunité en Ukraine.

Russie-Nord Stream-Questions et réponses (13 juil. 2022)

Q: En ce qui concerne les gazoducs Nord Stream 1 et 2, Nord Stream 2 n’a pas commencé à fonctionner et Nord Stream 1 est en maintenance. Des pièces de Nord Stream 1 (turbines) sont réparées au Canada. La France préférerait-elle que ces pièces ne soient pas remises en service?

A: Ces questions ne sont pas tranchées par les autorités françaises.

Comme vous le savez, face au chantage russe à la livraison de gaz dans le contexte de l’agression de ce pays contre l’Ukraine, la France et ses partenaires de l’UE ont pris la décision lors du sommet de Versailles en mars de mettre progressivement fin à leur dépendance aux importations de gaz, de pétrole et de charbon en provenance de Russie et de le faire dès que possible. Nous mobilisons tous nos efforts dans ce but tant en France qu’en Europe.