Russie-Expulsion de diplomates français (18 mai 2022)

La France condamne fermement la décision prise aujourd’hui par la Russie d’expulser les diplomates et le personnel français en poste à l’Ambassade de France en Russie. La décision est présentée par la partie russe comme une réponse aux décisions de la France, annoncées les 4 et 11 avril 2022, d’expulser plusieurs dizaines d’agents russes agissant sur notre territoire sous statut diplomatique et agissant contre nos intérêts sécuritaires.

En revanche, le travail de ces diplomates et personnels de notre ambassade en Russie, auxquels la France rend hommage pour leur courage et leur grand professionnalisme, s’inscrit pleinement dans le cadre des Conventions de Vienne sur les Relations Diplomatiques et Consulaires. La décision des autorités russes n’a aucun fondement légitime. Nous ne pouvons que le déplorer.

L’Iran dit que le couple français est détenu pour avoir tenté d’attiser les troubles

L’Iran a annoncé mardi avoir arrêté deux ressortissants français ce mois-ci pour avoir prétendument tenté de fomenter des troubles en rencontrant des représentants des syndicats d’enseignants, dans un reportage à la télévision d’État.

La chaîne a diffusé des images du couple, une femme de 37 ans et un homme de 69 ans, à partir du moment où ils ont mis le pied en République islamique le 28 avril jusqu’à leur arrestation le 7 mai.

“Les deux sont entrés en Iran avec des visas touristiques… mais le suivi et la surveillance de leurs mouvements et de leurs réunions par le ministère iranien du Renseignement ont montré qu’ils n’étaient pas en fait des touristes”, indique le rapport.

“Le ministère iranien du Renseignement a surveillé les deux individus lors de réunions d’organisation et en coordination avec certaines personnes qui se considèrent comme membres du syndicat des enseignants”, a-t-il ajouté.

La France a condamné la semaine dernière l’arrestation en Iran de deux citoyens français comme “sans fondement” et a appelé à leur libération immédiate. Il n’a pas nommé la paire.

L’Iran n’avait annoncé auparavant l’arrestation de deux Européens que sur ce que le ministère du Renseignement a déclaré être des accusations de chercher à “déstabiliser le pays”.

Leur arrestation intervient après une campagne de plusieurs mois menée par des enseignants en Iran pour demander au gouvernement d’accélérer la mise en œuvre de réformes qui permettraient à leurs salaires de mieux refléter leur expérience et leurs performances.

Les manifestants ont appelé les autorités à libérer les enseignants détenus lors de manifestations similaires.

Le reportage télévisé de mardi comprenait également un fichier audio appartenant prétendument aux deux, ainsi que des accusations selon lesquelles ils avaient “tenté de former une sorte de protestation pour fomenter des troubles”.

Dans l’enregistrement, la voix d’une femme aurait été entendue disant: “C’est une bataille pour obtenir la majorité des Iraniens”, en anglais.

La voix d’un homme aurait alors répondu en disant “ « Nous devrions construire un paquet révolutionnaire », également en anglais.

Plus tôt ce mois-ci, Human Rights Watch, basée à New York, a appelé à la libération de près de 40 enseignants arrêtés lors d’événements entourant des manifestations nationales le 1er mai.

En avril, Rasoul Bodaghi, membre du syndicat des enseignants, a été condamné à cinq ans de prison pour avoir participé aux manifestations, selon un groupe de défense des droits de l’homme.

L’économie iranienne est sous le choc des sanctions punitives imposées au pays par les États-Unis depuis 2018, les fonctionnaires étant parmi les plus durement touchés.

Le pays a annoncé la semaine dernière une série de mesures pour relever les défis économiques croissants, tels que la modification d’un système de subventions et l’augmentation des prix des produits de base, notamment l’huile de cuisson et les produits laitiers.

Des centaines de personnes sont descendues dans la rue dans un certain nombre de villes iraniennes pour protester contre la décision du gouvernement, y compris dans la province de Téhéran, a rapporté l’agence de presse officielle IRNA.

UE-Participation de Jean-Yves Le Drian au Conseil des Affaires étrangères (Bruxelles, 16 mai 2022)

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, participe aujourd’hui au Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Les 27 ministres discuteront du soutien de l’UE aux pays des Balkans occidentaux, d’abord entre eux, puis rejoints par leurs six homologues régionaux. M. Le Drian rappellera aux ministres que l’intensification de leur engagement auprès de ces pays est l’une des priorités de la présidence française du Conseil de l’UE. Il rappellera à ses homologues régionaux l’importance d’un alignement sur les sanctions prises par l’UE en réponse à l’agression russe contre l’Ukraine et réitérera l’engagement de la France à réaliser leurs aspirations européennes.

Les ministres discuteront de la crise ukrainienne en présence des ministres des Affaires étrangères ukrainien et canadien, Dmytro Kuleba et Mélanie Joly. M. Le Drian réaffirmera le plein soutien de l’UE à l’Ukraine, à son indépendance et à son intégrité territoriale. Il soulignera l’ampleur de la réponse de l’Europe à l’agression russe dans les domaines militaire, financier et humanitaire, ainsi que dans le domaine des sanctions, de la lutte contre l’impunité, du soutien aux pays tiers touchés et de la lutte contre la manipulation de l’information. Il soulignera la nécessité de faire face aux répercussions de cette guerre imposée par la Russie sur la sécurité alimentaire.

Les ministres examineront également la question de l’adhésion rapide de la Finlande et de la Suède à l’OTAN. M. Le Drian répétera que la France soutient pleinement ce choix souverain.

Émirats Arabes Unis-Décès du Président des Émirats Arabes Unis et émir d’Abou Dhabi, Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan (13 mai 2022)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE JEAN-YVES LE DRIAN

MINISTRE DE L’EUROPE ET DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

La France a appris avec une profonde tristesse le décès du Président des Émirats Arabes Unis et de l’Émir d’Abou Dhabi, Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, et présente ses sincères condoléances à sa famille et au peuple émirati.

Avec le décès de Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, le peuple émirati perd un dirigeant qui jouissait d’un respect universel.

Nous saluons son profond engagement en faveur de la stabilité et de la paix dans la région et dans le monde. Ses efforts pour trouver des réponses à long terme aux défis mondiaux étaient inébranlables.

Cheikh Khalifa était un ardent partisan du renforcement du partenariat stratégique franco-émirati. La France rend hommage à son engagement inébranlable à entretenir les liens de confiance et de coopération entre la France et les Émirats arabes Unis.

C’est dans cet esprit de confiance et d’amitié que la France présente au peuple et aux autorités émiraties ses sincères condoléances et cette affirmation de notre profonde amitié.

Renault cède des actifs russes à Moscou

Le constructeur automobile français Renault a cédé ses actifs russes au gouvernement russe, ont annoncé lundi les deux parties, marquant la première nationalisation majeure depuis le début des sanctions imposées par la campagne militaire de Moscou en Ukraine.

Renault contrôlait 68% d’AvtoVAZ, le plus grand constructeur automobile de Russie avec la première marque du pays, Lada, mais était sous pression pour se retirer du pays depuis l’intervention militaire de la Russie en Ukraine.

Renault a injecté des milliards d’euros dans l’usine de l’ère soviétique depuis que les deux constructeurs automobiles ont signé un accord de partenariat stratégique en 2008.

Aucun détail financier n’a été fourni mais le ministre russe de l’Industrie et du Commerce, Denis Manturov, a déclaré en avril que Renault prévoyait de vendre ses actifs russes pour “un rouble symbolique”.

“Des accords ont été signés sur le transfert des actifs russes du groupe Renault à la Fédération de Russie et au gouvernement de Moscou”, a déclaré lundi le ministère de l’Industrie et du Commerce dans un communiqué.

En vertu de l’accord, Renault conservera une option de six ans pour racheter la participation dans AvtoVAZ.

L’accord comprenait également l’usine Renault de Moscou, Avtoframos, qui fabrique des modèles Renault et Nissan.

« Aujourd’hui, nous avons pris une décision difficile mais nécessaire; et nous faisons un choix responsable envers nos 45 000 employés en Russie, tout en préservant la performance du Groupe et notre capacité à revenir dans le pays à l’avenir, dans un contexte différent”, a déclaré le directeur général de Renault, Luca de Meo, dans un communiqué.

Contacté par l’AFP, Renault a refusé de confirmer s’il avait vendu ses actifs russes pour un rouble.

Grâce à AvtoVAZ, la Russie était le deuxième marché du Groupe Renault derrière l’Europe l’an dernier, avec environ un demi-million de véhicules vendus.

– « Nouvelle page dans l’histoire’ –

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a déclaré que la production de voitures particulières à l’usine Renault reprendrait sous la marque Moskvich de l’ère soviétique après que le constructeur automobile français eut décidé de la fermer.

“C’est son droit, mais nous ne pouvons pas permettre à des milliers de travailleurs de se retrouver sans travail”, a déclaré Sobianine dans un communiqué.

“En 2022, nous ouvrirons une nouvelle page de l’histoire de Moscou”, a-t-il ajouté.

“Nous allons essayer de garder la plupart de l’équipe travaillant directement à l’usine et avec ses sous-traitants.”

Depuis que le président Vladimir Poutine a envoyé des troupes en Ukraine fin février, Renault a eu du mal à maintenir ses opérations en raison d’un manque de composants suite à l’imposition de sanctions occidentales.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé en mars Renault et d’autres entreprises françaises à quitter la Russie. Kiev a également appelé au boycott des véhicules Renault jusqu’à ce qu’il se retire de Russie.

Le 24 février, Poutine a ordonné aux troupes russes de pénétrer en Ukraine pro-occidentale, déclenchant des sanctions occidentales sans précédent contre la Russie et déclenchant un exode de sociétés étrangères, notamment H&M, McDonald’s et Ikea.

Les autorités se sont dites prêtes à nationaliser les actifs étrangers et certains responsables ont assuré aux Russes que leurs marques préférées auraient des alternatives nationales.

Les responsables à Moscou ont cherché à minimiser la gravité des sanctions occidentales, promettant que la Russie s’adapterait et prendrait des mesures pour arrêter la fuite des devises et des capitaux.

La foire de l’emploi offre de l’espoir aux jeunes chômeurs de la province irakienne

Dans une province irakienne où le taux de chômage est d’environ 40%, quelques chanceux espéraient trouver du travail dimanche lors d’un salon de l’emploi universitaire auquel participaient des entreprises françaises aux côtés d’entreprises locales.

L’événement de trois jours se déroule à l’Université de Mossoul, dans la deuxième ville d’Irak ravagée par la guerre, où la reconstruction a été lente cinq ans après que l’armée irakienne soutenue par les frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis a chassé les djihadistes de l’État islamique.

Laith Abdallah, 24 ans, faisait partie des dizaines d’étudiants errant sur la pelouse du campus parmi les stands installés par environ 40 entreprises, pour la plupart locales, mais dont Carrefour et Schneider Electric de France.

Abdallah a déclaré qu’il cherchait du travail depuis 2019, date à laquelle il a obtenu son diplôme en génie pétrolier.

“Notre nombre augmente chaque jour et les opportunités sont rares”, a-t-il déclaré à propos des chômeurs. “Un jeune doit se marier et aider ses parents.”

Les statistiques de la province de Ninive, dont Mossoul est la capitale, indiquent que le chômage est d’environ 40% en général et de 20% pour les 24-45 ans.

Le chômage est également élevé ailleurs dans le pays, qui tente de surmonter des décennies de guerre, mais est entravé par la corruption et d’autres problèmes qui ont déclenché un mouvement de protestation dirigé par des jeunes en 2019.

“Le chômage est peut-être l’ogre qui dévore les rêves des jeunes”, a déclaré Qussay al-Ahmad, président de l’Université de Mossoul.

Ahmad espérait que le salon de l’emploi conduirait à “des opportunités d’emploi pour des centaines de jeunes.”

Mustafa Aziz, 26 ans, fait partie de ceux qui ont déjà la chance de travailler. Il espérait recruter des diplômés ayant une expertise en énergie renouvelable ou en génie électrique pour son équipe de sept membres à Mosul Solar.

“Nous avons besoin de compétences et d’expertise spécifiques”, a-t-il déclaré.

Le salon de l’emploi fait partie d’un projet baptisé Yanhad, financé par la France et l’Union européenne, a déclaré à l’AFP Jérémie Pellet, directeur général d’Expertise France, au téléphone.

“Cela s’inscrit dans notre perspective de recherche de perspectives d’avenir et de diversification de l’économie du secteur privé pour la jeunesse irakienne”, a déclaré Pellet.

Yanhad avait déjà soutenu un “incubateur” d’entreprises qui a formé environ 320 jeunes à l’entrepreneuriat et financé une douzaine de start-ups, a déclaré Pellet.

str / tgg / it/hc

Déclaration sur la guerre de la Russie contre l’Ukraine-Ministres des Affaires étrangères du G7 (14 mai 2022, Weissenhaus)

1. Nous, les ministres des Affaires étrangères du G7 du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni, des États-Unis d’Amérique et le Haut Représentant de l’Union européenne, sommes inébranlables dans notre solidarité et notre soutien à l’Ukraine alors qu’elle se défend contre la guerre d’agression injustifiable, non provoquée et illégale de la Russie, une guerre dont la Biélorussie est complice. Nous nous engageons à aider l’Ukraine, une démocratie et un membre de l’ONU, à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale, à se défendre et à résister à de futures attaques ou coercitions, à choisir son propre avenir et à prospérer.

2. En présence des ministres des Affaires étrangères de l’Ukraine et de la Moldavie, nous soulignons la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’indépendance et le droit de légitime défense de l’Ukraine en vertu de la Charte des Nations Unies. Cette guerre d’agression a réaffirmé notre détermination à rejeter catégoriquement les tentatives de redessiner les frontières par la force en violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale.

3. Nous fournissons une aide humanitaire importante à l’Ukraine et à ses voisins pour répondre aux besoins urgents de protection et à d’autres besoins vitaux. Nous continuons d’apporter un soutien financier et économique substantiel à l’Ukraine pour renforcer la résilience de son économie. Nous réaffirmons notre engagement à soutenir l’Ukraine, y compris dans la reconstruction du pays, et appelons tous les partenaires à unir leurs efforts pour assurer un soutien à l’Ukraine pour répondre à ses besoins humanitaires et financiers immédiats et pour que l’Ukraine reconstruise son avenir. Nous poursuivrons notre assistance militaire et de défense continue à l’Ukraine aussi longtemps que nécessaire.

4. Nous réitérons notre demande à la Russie de mettre fin à la guerre qu’elle a déclenchée sans provocation et de mettre fin aux souffrances tragiques et aux pertes en vies humaines qu’elle continue de causer. Nous continuons également d’appeler le Bélarus à cesser de permettre l’agression de la Russie et à respecter ses obligations internationales. Nous demandons instamment le plein respect du droit international humanitaire, en permettant et en facilitant un accès humanitaire rapide, sûr et sans entrave, ainsi que l’évacuation humanitaire des civils, en préservant la liberté des personnes évacuées de choisir leur destination. Nous appelons la Russie à se conformer immédiatement à l’ordonnance juridiquement contraignante de la Cour internationale de justice du 16 mars 2022 et à se conformer aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale des Nations Unies et à mettre fin à son agression militaire – à cesser le feu et à retirer immédiatement et inconditionnellement ses troupes de l’ensemble du territoire de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues.

5. La Russie a violé la Charte des Nations Unies, sapé les principes fondamentaux de l’architecture de sécurité européenne tels que consacrés dans l’Acte final d’Helsinki et la Charte de Paris et devra faire face aux conséquences de ses actions. Nous rejetons toute notion de sphères d’influence et tout usage de la force non conforme au droit international. Nous ne reconnaîtrons jamais les frontières que la Russie a tenté de modifier par une agression militaire et nous maintiendrons notre engagement à soutenir la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, y compris la Crimée, et de tous les États. Nous condamnons les menaces irresponsables d’utilisation d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires ou de matériel connexe par la Russie et réaffirmons que toute utilisation de telles armes entraînerait de graves conséquences.

6. La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine ainsi que ses actions unilatérales restreignant les exportations agricoles ukrainiennes entraînent une forte hausse des prix sur les marchés des matières premières et les menaces que nous voyons actuellement pour la sécurité alimentaire mondiale. Alors que les marchés mondiaux souffrent de la guerre du choix de la Russie par la hausse des prix des denrées alimentaires et des produits de base, affectant ainsi la vie des populations du monde entier et exacerbant les besoins humanitaires et de protection existants, nous sommes déterminés à fournir des ressources supplémentaires et à soutenir tous les efforts pertinents visant à assurer la disponibilité et l’accessibilité des ressources alimentaires, énergétiques et financières ainsi que des produits de base pour tous. Nous appelons la Russie à cesser immédiatement ses attaques contre les infrastructures de transport clés en Ukraine, y compris les ports, afin qu’elles puissent être utilisées pour exporter des produits agricoles ukrainiens. Nous nous attaquerons aux causes et aux conséquences de la crise alimentaire mondiale par le biais d’une Alliance mondiale pour la sécurité alimentaire, qui doit être lancée officiellement lors de la réunion des ministres du Développement du G7, et d’autres efforts en étroite coopération avec les partenaires internationaux et les organisations au-delà du G7. Nous coopérerons étroitement avec les partenaires et les organisations internationales au-delà du G7, et dans le but de transformer les engagements politiques en actions concrètes, comme prévu par diverses initiatives internationales telles que la Mission de résilience alimentaire et agricole (FARM) et les principales initiatives régionales de sensibilisation, y compris vers les pays africains et méditerranéens.

7. Nous soulignons que nos sanctions et nos contrôles à l’exportation contre la Russie ne ciblent pas et ne cibleront pas les exportations essentielles de denrées alimentaires et d’intrants agricoles vers les pays en développement et qu’à cette fin, ils comprennent des mesures visant à éviter toute conséquence négative pour la production et la distribution de denrées alimentaires. Nous réaffirmons notre engagement à protéger les pays et les personnes les plus vulnérables qui souffrent de la guerre de la Russie contre l’Ukraine et de ses répercussions mondiales.

8. Nous condamnons et dénoncerons systématiquement la politique de manipulation et d’ingérence de l’information de la Russie, y compris la désinformation qu’elle utilise pour justifier et soutenir sa guerre d’agression contre l’Ukraine et qui vise délibérément à manipuler les opinions publiques au niveau national et mondial en vue de couvrir ses responsabilités dans la guerre en cours. Nous continuerons à travailler ensemble pour lutter contre ce comportement manipulateur, en particulier au sein du Mécanisme de réponse rapide du G7, et promouvoir l’exercice de la liberté d’opinion et d’expression et l’accès à des informations fiables provenant de médias libres, pluralistes et indépendants, notamment sur la guerre et ses conséquences pour le monde.

9. Nous sommes unis contre la violation par la Russie de la Charte des Nations Unies et d’autres principes fondamentaux du droit international. Nous condamnons avec la plus grande fermeté les attaques en cours qui tuent et blessent des civils et des non-combattants, le ciblage systématique des infrastructures critiques et les dommages considérables causés au personnel et aux installations de santé, ainsi que les violences sexuelles et sexistes liées au conflit en Ukraine. Nous continuerons de soutenir les enquêtes en cours sur les violations du droit international, y compris les violations du droit international humanitaire, les violations des droits de l’homme et les crimes de guerre et crimes contre l’humanité potentiels commis en Ukraine. Nous soutenons les enquêtes menées par le Procureur de la Cour pénale internationale, le Procureur général de l’Ukraine et d’autres procureurs nationaux qui sont en mesure d’établir leur compétence en vertu du droit national. En outre, nous soutenons pleinement la Commission d’enquête mandatée par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, la Mission de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies en Ukraine et les efforts des organisations de la société civile pour enquêter sur les violations et documenter les crimes de guerre potentiels. Nous nous engageons à fournir un soutien aux enquêtes, une expertise technique, un financement et d’autres formes d’assistance pour veiller à ce que les responsables des atrocités et des crimes commis rendent des comptes.

10. Un certain nombre de pays ont fait preuve de solidarité et ont fourni un refuge à ceux qui ont fui la guerre d’agression russe. Nous saluons en particulier les efforts remarquables déployés par la Moldavie pour accueillir tant de réfugiés, tant en termes relatifs qu’absolus. Grâce à la Plate-forme de soutien à la Moldavie lancée à Berlin le 5 avril et à d’autres formats, nous aiderons la Moldavie à répondre à ses besoins à court terme et à son programme de développement et de réforme à plus long terme. Nous exprimons notre préoccupation face aux récentes tentatives de déstabilisation de la région de Transnistrie et soulignons notre soutien à la stabilité, à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Moldavie.

11. Nous réaffirmons notre détermination à accroître encore la pression économique et politique sur la Russie, en continuant d’agir dans l’unité. Nous le ferons, comme l’ont souligné les dirigeants du G7 le 8 mai, en imposant de nouvelles mesures restrictives coordonnées à l’économie et au système financier russes; en ciblant davantage les élites russes, y compris les acteurs économiques, les institutions du gouvernement central et l’armée, qui permettent au président Poutine de mener la guerre de son choix; et en isolant la Russie de nos économies, du système financier international et des institutions mondiales. Nous élargirons nos mesures de sanctions aux secteurs dont la Russie est particulièrement dépendante.

12. Nous félicitons les partenaires qui se sont alignés sur nous et encourageons les autres à adopter des mesures pour augmenter le coût de la guerre pour la Russie en l’isolant, ainsi que la Biélorussie pour son soutien, de l’économie mondiale, et pour empêcher l’évasion, le contournement et le remblayage des sanctions. Nous écouterons et travaillerons avec des partenaires du monde entier grâce à une sensibilisation accrue pour atténuer les impacts sur leurs propres économies causés par la guerre de Poutine, et nous nous engageons à soutenir l’atténuation des coûts.

13. Nous accélérerons nos efforts pour réduire et mettre fin à la dépendance à l’égard des approvisionnements énergétiques russes le plus rapidement possible, en nous appuyant sur les engagements du G7 d’éliminer progressivement ou d’interdire les importations de charbon et de pétrole russes. Nous accélérerons la transition énergétique et améliorerons l’efficacité énergétique dans le contexte de la sortie accélérée de notre dépendance à l’énergie russe, conformément à nos objectifs climatiques et à nos impératifs de sécurité énergétique, réduisant ainsi progressivement les flux de devises étrangères vers la Russie et limitant les moyens financiers disponibles pour financer la machine de guerre russe. Nous veillerons à le faire de manière opportune et ordonnée, et de manière à donner au monde le temps de s’approvisionner de manière alternative.

14. Nous déplorons les répressions internes en Russie et en Biélorussie contre les médias indépendants, la société civile, l’opposition et les citoyens qui expriment pacifiquement leur désapprobation de la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Les Russes et les Biélorusses méritent mieux: ils devraient pouvoir utiliser pleinement les droits fondamentaux de l’homme, le plus fondamentalement le droit de décider de leur propre sort et du sort de leurs pays. Nous, le G7, ne sommes pas en guerre contre la Russie ou le peuple russe. La décision russe d’attaquer l’Ukraine a été prise par des dirigeants qui rejettent la responsabilité démocratique. Nous apportons notre soutien à ceux qui ont été victimes de la répression. Nous réaffirmons le droit des Russes et des Biélorusses de rechercher, de recevoir et de diffuser des informations factuelles provenant de médias libres, pluralistes et indépendants et condamnons le recours par le gouvernement russe et le régime biélorusse à la censure et à d’autres méthodes visant à entraver l’accès des Russes et des Biélorusses aux médias indépendants, notamment par des restrictions d’accès à Internet et aux plateformes de médias sociaux.

15. Nous condamnons les actions perpétrées par la Russie, qui compromettent la sûreté et la sécurité des matières et installations nucléaires en Ukraine et posent par conséquent de graves risques pour la vie humaine et l’environnement. Nous soulignons notre plein appui aux efforts déployés par l’AIEA et son Directeur général pour assurer la sûreté et la sécurité nucléaires et l’application des garanties aux matières et installations nucléaires en Ukraine. Nous appelons la Russie à retirer immédiatement ses forces des installations nucléaires ukrainiennes et à rendre le contrôle total aux autorités ukrainiennes légitimes. Nous réaffirmons que l’AIEA doit pouvoir accéder à toutes les installations nucléaires en Ukraine en toute sécurité et sans aucun obstacle.

Engagements sur les Conséquences de la Guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine sur la sécurité alimentaire mondiale-Ministres des Affaires étrangères du G7 (14 mai 2022)

Nous, les Ministres des Affaires étrangères du G7 du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique, ainsi que le Haut Représentant de l’Union européenne, avons discuté des implications de la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine sur la sécurité alimentaire mondiale et avons salué l’initiative du Secrétaire général des Nations Unies de convoquer un “Groupe mondial de réponse aux crises sur l’Alimentation, l’Énergie et les Finances” (GCRG).

Le paysage géopolitique a fondamentalement changé. La guerre d’agression non provoquée et préméditée de la Russie a exacerbé les perspectives économiques mondiales avec une forte hausse des prix des denrées alimentaires, du carburant et de l’énergie. Combiné au blocage par la Russie des voies de sortie des céréales ukrainiennes, le monde est maintenant confronté à une aggravation de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition. Cela a des conséquences dévastatrices pour certaines des personnes les plus vulnérables et l’augmentation des coûts rend également plus difficile pour les agences humanitaires et de développement de fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin. C’est à un moment où 43 millions de personnes étaient déjà à un pas de la famine.

Le G7 et la communauté internationale au sens large doivent faire front commun contre la Russie et aider les plus vulnérables des pays du Sud. Appeler la Russie à cesser immédiatement sa guerre d’agression et à mettre fin à son blocus (et à toutes les autres activités) qui entravent davantage la production et les exportations alimentaires ukrainiennes n’est que la première étape. Une action collective mondiale, maintenant et à l’avenir, sera vitale: pour l’avenir, le G7 et ses alliés du monde entier doivent veiller à ce que cette situation ne se reproduise plus jamais.

Nous aborderons, y compris à l’appui du Groupe d’intervention des Nations Unies sur les crises mondiales, les causes et les conséquences de la crise alimentaire mondiale par le biais d’une Alliance mondiale pour la sécurité alimentaire, en tant qu’initiative conjointe visant à assurer l’élan et la coordination qui sera lancée par les ministres du Développement du G7 lors de leur réunion, et d’autres efforts. Nous coopérerons étroitement avec les partenaires internationaux et les organisations au-delà du G7, dans le but de transformer les engagements politiques en actions concrètes, comme prévu par diverses initiatives internationales telles que la Mission pour la résilience de l’Alimentation et de l’Agriculture (FARM) et des initiatives régionales clés de sensibilisation, y compris vers les pays africains et méditerranéens avec le prochain Dialogue ministériel méditerranéen sur la Crise de la Sécurité alimentaire. Nous saluons l’Appel à l’action ministériel sur la Sécurité alimentaire mondiale du 18 mai.

Nous avons pris note du rapport de l’équipe de travail du GCRG du 14 avril 2022 et attendons avec impatience le deuxième rapport à venir. Nous soutenons également pleinement les engagements pris par les ministres de l’Agriculture du G7 lors de leur réunion des 13 et 14 mai 2022 à Stuttgart, en Allemagne.

Nous, ministres des Affaires étrangères du G7, tout en reconnaissant que cette crise va au-delà de l’insécurité alimentaire et nécessite une réponse globale, nous nous sommes engagés à respecter les principes d’action suivants en matière de sécurité alimentaire mondiale:

1. Soutenir l’Ukraine dans le maintien de sa production agricole, de son stockage, de son transport et de sa transformation; ainsi que soutenir l’Ukraine et ses partenaires régionaux dans le redémarrage des exportations. Appeler la communauté internationale à établir des voies de solidarité agricole, dans le but de soutenir la capacité de l’Ukraine à exporter sa production agricole.

2. Soutenir le système humanitaire dans la fourniture d’une assistance urgente conformément aux principes humanitaires aux personnes menacées par les crises alimentaires, en particulier celles confrontées à la famine, notamment en renforçant nos contributions au Programme alimentaire mondial et aux autres acteurs de l’aide, avec des approches privilégiant les achats locaux.

3. Poursuivre nos travaux sur la transformation nécessaire vers des systèmes agricoles et alimentaires durables et soutenir le renforcement de la gouvernance mondiale afin de parvenir à des systèmes agricoles et alimentaires résilients. Les Nations Unies et d’autres organisations compétentes pour la sécurité alimentaire et la nutrition, telles que le Comité de la sécurité alimentaire mondiale, entre autres, peuvent jouer un rôle central.

4. Favoriser des pratiques durables, réduire le gaspillage et les pertes alimentaires et, lorsque cela est possible, augmenter durablement notre propre production de produits agricoles conformément à l’Agenda 2030 pour le développement durable, tout en protégeant le climat, la biodiversité et l’environnement, en particulier en s’attaquant aux défis du climat et de la biodiversité.

5. Fournir aux producteurs d’aliments un accès adéquat aux semences, aux engrais, au carburant et à d’autres intrants agricoles et surmonter les difficultés d’accès aux terres agricoles et aux voies de transport compte tenu de l’impact du conflit sur la sécurité et la sûreté. Nous soutenons également la génération et le partage de connaissances pour des pratiques agricoles durables, y compris des approches agroécologiques et autres approches innovantes, afin de parvenir à des systèmes alimentaires durables et résilients.

6. Atténuer les conséquences de la crise alimentaire actuelle en évitant les signaux et les mesures indues qui restreignent les exportations et entraînent de nouvelles augmentations des prix des intrants alimentaires et agricoles. Nous nous engageons en outre à promouvoir un commerce international fondé sur des règles pour le bénéfice mutuel des pays exportateurs et importateurs et en soutenant les innovations dans le secteur du transport, du stockage et de la transformation afin d’accroître la résilience aux crises futures. Il est essentiel de renforcer encore la transparence du marché à cet égard. La 12e conférence ministérielle de l’OMC qui se tiendra à la mi-juin devrait donner des résultats sur cette question.

7. Soutenir également la collaboration pour suivre et partager des informations, y compris des informations d’alerte rapide sur l’aggravation des risques humanitaires mondiaux, aider les pays en crise humanitaire confrontés à une insécurité alimentaire croissante, grâce à un soutien accru et prioritaire pour anticiper et répondre à la crise.

8. Saluer le paquet résilience annoncé par le Groupe de la Banque mondiale ainsi que les propositions de réponse à la crise des autres banques multilatérales de développement. Nous attendons avec impatience de voir leurs propositions fermes en juin pour soutenir les priorités critiques dans les pays / régions les plus durement touchés par les retombées économiques, y compris les initiatives visant à lutter contre l’insécurité alimentaire urgente à court et à moyen terme et à promouvoir des décaissements en temps opportun.

Loups, sorcières et rappeurs Ukrainiens se disputent le titre de l’Eurovision

Sera-ce les loups mangeurs de bananes de la Norvège, le clan des sorcières de la France ou l’homme de l’espace de la Grande-Bretagne?

Ou peut-être un Grec avec un souhait de mort, une chanteuse lituanienne fringante avec une coupe de bol noir de jais ou un germaphobe serbe?

La programmation de la grande finale du Concours Eurovision de la chanson de samedi est généralement extravagante, mais avec les rugissements de la guerre sur le front oriental du continent, une berceuse hiphop d’Ukraine est la chanson à battre.

Surfant sur une vague de soutien du public après l’invasion de la Russie, l’hommage de Kalush Orchestra à la patrie est le favori des bookmakers pour triompher lors du plus grand événement musical en direct au monde, regardé par des dizaines de millions de personnes.

“Si nous gagnons l’Eurovision, nous aurons beaucoup d’espoir de gagner la guerre”, a déclaré l’Ukrainienne Maria Lembak, 40 ans, tenant le grand drapeau jaune et bleu du pays alors qu’elle contre-protestait lors d’un petit rassemblement pro-russe dans le centre de Turin à la veille de la finale.

Kitsch et décalé, l’Eurovision embrasse l’excentrique et la 66e édition du concours ne fait pas exception, ses concurrents nationaux illustrant le charme central du concours — tout est permis.

C’est une bonne nouvelle pour la Norvège, dont le Subwoofer interprète “Give that Wolf a Banana” vêtu de masques de loup jaune caricaturaux avec de longs crocs blancs et le Français Alvan & Ahez, dont “Fulenn” chanté en breton célèbre la danse nocturne avec le diable.

Et la Serbe Konstrakta n’est pas en reste, dont le lavage méticuleux des mains sur scène tout en réfléchissant aux cheveux bien hydratés de Meghan Markle est considéré comme une critique subtile des soins de santé nationaux dans “In Corpore Sano”.

Une répétition générale vendredi s’est déroulée par à-coups sur des problèmes techniques, notamment lors de la performance de la Suédoise Cornelia Jakobs de “Hold Me Closer”. Mais cela n’a pas freiné l’enthousiasme des fans.

« Il n’y a qu’à l’Eurovision que les gens célèbrent les bananes, les chagrins d’amour et se lavent les mains dans un seul et même spectacle”, a déclaré samedi à l’AFP la fan suédoise Martina Fries.

« L’Eurovision est un moyen de montrer que différents pays peuvent célébrer pacifiquement ensemble.”

– Retour à l’avant –

La joie de l’Eurovision réside dans le camp et les clowneries, bien que la guerre de près de trois mois en Ukraine pèse lourdement sur les festivités.

L’Union européenne de radio-Télévision, qui organise l’événement, a interdit la Russie le 25 février, au lendemain de l’invasion de son voisin par Moscou.

L’Orchestre ukrainien Kalush est fortement pressenti pour la victoire au milieu d’un élan d’empathie en Europe pour le sort du pays — ainsi que d’une véritable appréciation pour leur chanson unique, “Stefania”.

Écrite avant la guerre, la chanson mélange la musique folklorique traditionnelle ukrainienne avec un rythme hiphop revigorant et des paroles nostalgiques rappelant la patrie.

Le groupe a réussi un mashup culturel qui plaît à la foule avec le son d’obscurs instruments folkloriques ressemblant à des flûtes et la vue de robes ethniques brodées sur scène ajoutées au breakdance et au rap.

Représenter l’Ukraine à l’Eurovision alors que ses proches souffrent chez eux a été difficile, a déclaré à l’AFP le chanteur Oleh Psiuk.

“Nous avons un membre de la bande qui a rejoint la défense territoriale de Kiev le troisième jour de la guerre” et qui reste au front, a déclaré Psiuk.

“Nous sommes très inquiets pour lui et nous espérons le voir en sécurité une fois de retour.”

– Chant stratosphérique –

Parmi les autres propositions plus sobres, citons “Die Together” d’Amanda Georgiadi Tenfjord en Grèce et “Brividi” (Frissons), un duo des Italiens Mahmood et Blanco.

L’Italie espère que la chanson d’amour sur le thème gay lui apportera une deuxième victoire consécutive à l’Eurovision après “Zitti e Buoni” (Tais-toi et comporte-toi) de l’année dernière des rockeurs glam à indice d’octane élevé Maneskin, qui se produira lors de la finale de samedi.

Après un quart de siècle d’exclusion de la première place, la Grande-Bretagne espère avoir trouvé un gagnant dans « Space Man », dont les notes stratosphériques élevées ceinturées par l’affable Sam Ryder aux cheveux longs en ont fait un concurrent sérieux.

Sur le front de la mode, la Lituanienne Monika Liu a généré autant de buzz sur les réseaux sociaux pour sa coiffure coupée au bol que pour son “Sentimenentai”sensuel et élégant.

Pendant ce temps, l’Australien Sheldon Riley — l’un des rares candidats non européens de l’Eurovision-a chanté sa ballade personnelle d’affirmation de soi “Not the Same” à travers un voile étincelant chargé de cristaux.

Et comme aucune Eurovision n’est complète sans une poignée de corps tourbillonnants et ondulants sur scène, l’Espagnole Chanel vient à la rescousse avec “SloMo” et son refrain mémorable “booty hypnotic”.

Les votes pour le gagnant de l’Eurovision sont exprimés par des professionnels de l’industrie de la musique et le public de chaque pays, les votes pour son pays d’origine ne sont pas autorisés.

Macron entame son deuxième mandat avec des défis croissants

Le président français Emmanuel Macron entame officiellement son deuxième mandat samedi, maintenant le suspense sur son nouveau gouvernement avant les élections législatives du mois prochain qui façonneront ses cinq prochaines années au pouvoir.

L’homme de 44 ans a remporté une solide victoire aux élections présidentielles du 24 avril contre la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, mais a encore besoin d’une majorité au Parlement pour pouvoir faire adopter son programme de réformes nationales.

L’identité du nouveau gouvernement de Macron devrait donner le ton à la campagne, le président suggérant qu’il a l’intention de ne nommer que la deuxième femme Premier ministre de l’histoire française moderne.

Les spéculations vont bon train dans les médias français, la Directrice générale de l’UNESCO Audrey Azoulay et l’actuelle ministre du Travail Elisabeth Borne étant considérées comme des candidats possibles, mais Macron a pris le temps de nommer un remplaçant au Premier ministre sortant Jean Castex.

“C’est décidé, mais personne ne sait de qui il s’agit », a déclaré à l’AFP un conseiller présidentiel sous couvert d’anonymat.

Une annonce est attendue en début de semaine prochaine.

Le parti de la République en marche de Macron a été rebaptisé Renaissance avant les élections législatives des 12 et 19 juin, plusieurs partis centristes et de centre-droit devant concourir sous la bannière collective pro-Macron de “Ensemble”.

Les partis de gauche français éclatés ont également convenu d’un rapprochement sous la direction de l’ancien trotskyste Jean-Luc Mélenchon qui a jeté son dévolu sur une majorité parlementaire pour contrecarrer les plans de Macron.

“Passer d’environ 60 députés (au parlement actuel) à une majorité est hautement improbable, mais la dynamique créée par le nouveau syndicat pourrait leur permettre de faire des progrès majeurs”, a déclaré à l’AFP Frédéric Dabi, responsable du groupe de sondage Ifop.

Le Rassemblement national de Le Pen et le principal parti de droite français en difficulté, les Républicains, espèrent également rebondir après leur déception à l’élection présidentielle en obtenant une représentation significative au Parlement de 577 sièges.

– « Combinaison de défis’ –

Macron a été réélu en promettant de poursuivre ses politiques largement favorables aux entreprises et à l’UE de son premier mandat, avec davantage de réductions d’impôts, une réforme de l’aide sociale et s’est engagé à mettre l’accent sur la protection de l’environnement pour les cinq prochaines années.

Le plus grand changement devrait être dans son style de gouvernement.

L’ancien banquier d’affaires a promis à plusieurs reprises “une nouvelle méthode  » qui sera moins descendante-une décision conçue pour s’attaquer à sa réputation d’élitisme et de hauteur d’esprit.

“Pour que cela fonctionne, il faut des résultats concrets et visibles pour les gens”, a déclaré à l’AFP Bernard Sananes, le chef du groupe de vote Elabe. « S’il s’agit simplement de montrer que vous écoutez les gens, c’est génial, mais ce ne sera pas suffisant.”

D’autres se demandent si le style plus consultatif correspond au tempérament d’un président connu pour centraliser la prise de décision et qui a déjà théorisé que les Français voulaient une figure semblable à un roi au centre de la vie nationale.

Sa priorité nationale à court terme devrait être de s’attaquer à la crise du coût de la vie qui a dominé la campagne présidentielle en raison de la forte hausse des prix de l’énergie et d’autres biens liés aux pénuries de produits et à la guerre en Ukraine.

En politique étrangère, où Macron aura les mains libres en tant que président quel que soit le résultat parlementaire, il a promis de travailler à l’approfondissement de l’Union européenne à 27 membres tout en gérant les retombées du conflit ukrainien.

Macron s’est positionné comme un maillon clé du Kremlin à travers ses entretiens réguliers avec le président russe Vladimir Poutine, tout en autorisant les livraisons d’armes à l’Ukraine et en offrant son plein soutien au pays en partie occupé.

« Rarement notre monde et notre pays ont été confrontés à une telle combinaison de défis”, a déclaré Emmanuel Macron lors de son investiture pour son deuxième mandat le 7 mai.

fraises-adp / sjw / raz