Tchad-Questions et réponses – (02 mai 2022)

Q: Dimanche, la junte militaire qui dirige le Tchad depuis plus d’un an a reporté le dialogue de réconciliation prévu le 10 mai, avant les élections, à une date “ultérieure” non précisée, alors que les négociations préliminaires avec les rebelles traînent au Qatar. Quelle est la réaction de la France?

A: La France réaffirme son engagement à engager dans les meilleurs délais un dialogue incluant l’ensemble des forces sociales et politiques du pays dans un climat propice à la recherche d’un consensus. La France soutient les efforts déployés en ce sens par les autorités et les acteurs tchadiens avec le soutien du Qatar et des partenaires internationaux du Tchad.

La France exhorte le Tchad à ne pas retarder le dialogue de paix

La France a exhorté lundi le Tchad à tenir “sans délai” des pourparlers nationaux historiques avec les forces de l’opposition qui ont été reportés sine die.

Le gouvernement militaire de N’Djamena a annoncé dimanche que le début du dialogue, fixé au 10 mai, avait été annulé sine die après que les pourparlers préparatoires se sont éternisés à Doha avec la médiation du Qatar.

“La France rappelle son attachement à la tenue, sans délai possible, d’un dialogue rassemblant l’ensemble des forces politiques et sociales de la nation tchadienne dans un climat favorable à la recherche d’un consensus”, a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Paris  » apporte son soutien aux efforts déployés en ce sens par les autorités et les parties tchadiennes avec le soutien du Qatar et des partenaires internationaux du Tchad”, a-t-elle déclaré.

La nation africaine enclavée a été plongée dans la tourmente après la mort du dirigeant de longue date Idriss Deby Itno en combattant des rebelles en avril dernier.

Son fils Mahamat Idriss Deby Itno a pris le contrôle mais a promis des élections libres cette année après un dialogue national initialement prévu pour février.

La France annonce un record de 16 millions d’oiseaux abattus lors d’une épidémie de grippe

Un nombre record de 16 millions de poulets, canards et autres volailles ont été abattus en France depuis novembre dans l’un des foyers de grippe aviaire les plus graves depuis des années, a annoncé lundi le ministère de l’Agriculture.

Le pays a été frappé par plusieurs épidémies depuis 2015, mais elles ont principalement été maîtrisées dans le sud-ouest, où les canards sont élevés pour la lucrative industrie du pâté de foie gras.

Mais cet hiver, pour la première fois, des oiseaux sauvages revenant du sud ont contaminé des volailles d’élevage, déclenchant une deuxième vague d’infections qui touche à sa fin.

Près de 1 400 sites ont signalé des cas, dont au moins 850 en Vendée, considérée comme stratégique par le ministère car elle abrite de nombreuses fermes qui élèvent des poulets et autres oiseaux exclusivement pour la reproduction.

Cependant, l’épidémie a culminé à la fin du mois de mars et la propagation de la maladie ralentit, a déclaré le ministère.

L’abattage en si grand nombre génère des coûts substantiels, à la fois pour les agriculteurs car la production s’arrête et les marchés d’exportation se ferment, et pour l’État qui indemnise les agriculteurs pour leurs pertes.

La production d’œufs a chuté d’environ 6% depuis novembre à la suite de l’épidémie, selon le vice-président du Comité des œufs (NCPO) Loic Coulombel.

L’année dernière, près de 500 sites ont signalé des cas de grippe aviaire et 3,5 millions d’animaux – principalement des canards – ont été abattus.

Des centaines de migrants reprennent la traversée de la Manche vers le Royaume-Uni

Des centaines de migrants ont traversé la Manche de la France à la Grande-Bretagne dans de petits bateaux dimanche, a annoncé le ministère britannique de la Défense, après une interruption de 11 jours dans les arrivées controversées.

La reprise des voyages, qui serait due à un changement de temps, intervient quelques semaines après que la Grande-Bretagne a annoncé des propositions controversées d’envoyer au Rwanda ceux qui traversent la Manche à des milliers de kilomètres.

Ces projets, qui ont été vivement critiqués par les groupes de défense des droits de l’homme et les partis d’opposition britanniques, surviennent alors que le nombre de migrants traversant l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde a considérablement augmenté.

L’arrivée de 254 personnes dimanche signifie que près de 7 000 personnes ont atteint le Royaume-Uni jusqu’à présent en 2022, soit plus de trois fois le nombre enregistré à cette époque l’année dernière, selon les données compilées par l’agence de presse britannique Domestic Press Association.

D’autres migrants ont été vus amenés lundi dans le port de Douvres, dans le sud-est de l’Angleterre, à bord de canots de sauvetage et de navires des Forces frontalières après avoir été ramassés dans la Manche.

Il semble y avoir eu une pause de 11 jours dans les traversées du 20 au 30 avril pendant une période de vents forts et de mer agitée.

Les voyages, dans des embarcations inadaptées et dangereuses, étaient rares avant 2019, mais ont depuis considérablement augmenté — avec 28 526 enregistrés en 2021-et attisé les controverses politiques.

Environ 90 pour cent des arrivées de l’année dernière étaient des hommes et les trois quarts étaient des hommes âgés de 18 à 39 ans.

Ils ont fait pression sur le gouvernement conservateur du Premier ministre Boris Johnson, dont les électeurs citent souvent l’immigration illégale comme l’un de leurs principaux problèmes.

La semaine dernière, le Parlement a adopté sa loi controversée sur la nationalité et les frontières, qui introduit des peines maximales de prison à perpétuité pour les passeurs accusés d’avoir facilité la migration irrégulière.

Mais il impose également des peines de prison plus sévères pour toute personne arrivant illégalement dans le pays, ce qui fait craindre qu’il ne soit utilisé contre les demandeurs d’asile et les réfugiés.

La marine britannique a également pris le contrôle opérationnel des patrouilles et des interceptions de migrants dans la Manche.

Pendant ce temps, le mois dernier, Johnson a dévoilé les plans très critiqués d’envoyer au Rwanda toute personne entrant illégalement au Royaume-Uni, ainsi que ceux qui sont arrivés illégalement depuis le 1er janvier.

Les propositions de relocalisation de dizaines de milliers de personnes dans les années à venir, qui devraient être contestées devant les tribunaux britanniques, ont été qualifiées d ‘ “inhumaines”par les groupes de défense des droits de l’homme.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés a été parmi ceux qui ont exprimé une forte opposition.

Fête du Premier mai marquée par des affrontements en Turquie, France

La police et les manifestants se sont affrontés en Turquie et en France lors des rassemblements du Premier mai dimanche, alors que des dizaines de milliers de personnes ont défilé à travers le monde pour soutenir les droits des travailleurs.

La police antiémeute turque a arrêté des dizaines de manifestants à Istanbul, épinglant certains d’entre eux au sol et les éloignant du rassemblement, ce qui, selon le bureau du gouverneur, n’était pas autorisé.

Et les rassemblements à Paris ont rapidement tourné à la violence alors que des jeunes se sont affrontés à la police en marge et que des bâtiments ont été vandalisés, bien que les syndicats aient déclaré que plus de 200 000 personnes avaient rejoint les manifestations à travers la France et que la plupart étaient pacifiques.

Le 1er mai est un jour férié dans de nombreux pays et le dimanche a vu des événements sur tous les continents.

Les rassemblements européens ont suscité la plus grande controverse avec des manifestants turcs rassemblés sur la place Taksim à Istanbul, une zone synonyme de manifestations antigouvernementales, scandant “vive le travail et la liberté, vive le Premier mai”.

Les responsables de la ville ont déclaré que le groupe avait refusé de se disperser et que 164 personnes avaient été arrêtées, les rassemblements approuvés par le gouvernement ailleurs en Turquie s’étant déroulés pacifiquement.

Les ministres français ont dénoncé les violences à Paris et les procureurs ont déclaré que 50 personnes avaient été arrêtées.

Martine Haccoun, médecin retraitée de 65 ans, a raconté à l’AFP être venue manifester à Marseille (sud) pour montrer au président réélu Emmanuel Macron “qu’on ne lui a pas donné de chèque en blanc pendant cinq ans”.

Elle a dit que beaucoup ont voté pour Macron simplement pour arrêter la challenger d’extrême droite Marine Le Pen.

– « Pas des slogans’ –

Alors que des échauffourées ont été signalées dans des villes italiennes, dont Turin, des milliers de personnes se sont rassemblées à Londres et dans des villes d’Allemagne sans aucun signe de trouble.

En Espagne, environ 10 000 personnes ont participé à une manifestation à Madrid et des dizaines d’autres villes ont également organisé des rassemblements très fréquentés.

La ministre du Travail, Yolanda Diaz, du parti communiste, a déclaré qu’elle voulait montrer sa solidarité “avec les travailleurs ukrainiens, qui aujourd’hui ne sont pas en mesure de protester”.

Dans la capitale grecque Athènes, plus de 10 000 personnes ont participé à des rassemblements dans un contexte d’inflation galopante.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s’est adressé aux médias sociaux pour promettre une augmentation du salaire minimum de 50 euros par mois.

“Nous honorons les travailleurs non pas avec des slogans, mais avec des actes », a-t-il écrit sur Twitter.

Le Premier ministre kényan Uhuru Kenyatta a également utilisé son discours du Premier mai pour promettre une hausse de 12% du salaire minimum, bien que les militants aient déclaré que cela ne suffisait pas pour suivre le rythme de l’inflation.

– « Tire par son oreille’ –

L’ambiance était plus moche au Sri Lanka, où l’opposition a fait preuve d’une rare unité en appelant à la démission du président Gotabaya Rajapaksa en raison de la pire crise économique du pays.

“Il est temps pour nous de le tirer par l’oreille et de le mettre à la porte”, a déclaré l’ancienne législatrice Hirunika Premachandra lors d’un rassemblement à Colombo.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa ressentait également la chaleur, étant contraint de quitter un événement lorsque des mineurs ont pris d’assaut la scène sur laquelle il devait prendre la parole et ont scandé “Cyril doit partir”.

Cependant, d’autres dirigeants ont pu exploiter l’énergie de la foule.

Xiomara Castro, la nouvelle présidente du Honduras, a été accueillie par des milliers de personnes scandant son nom, et elle a répondu en leur disant qu’elle gouvernerait pour eux et mettrait fin à une “ère sombre” de corruption et de trafic de drogue.

Ailleurs en Amérique latine, un groupe de gauche organisé à Buenos Aires a protesté contre le remboursement des prêts du Fonds monétaire international, tandis qu’un autre groupe de manifestants pro – gouvernement argentin a salué la politique actuelle.

Il y a également eu deux marches distinctes dans la capitale vénézuélienne de Caracas, avec des travailleurs hospitaliers et d’autres employés des services de base appelant à un “salaire digne” lors d’une manifestation.

« Les gens, écoutez, rejoignez le combat! »ils ont scandé.

Le président Nicolas Maduro s’est adressé à la foule lors d’une marche distincte pro-gouvernementale ailleurs dans la ville, accusant les sanctions américaines de la “tempête économique” de son pays et annonçant que “le Venezuela se dirige vers la prospérité”.

Des milliers de manifestants du 1er mai au Chili sont descendus dans la rue quelques jours seulement après que le gouvernement a annoncé une augmentation de 12,5% du salaire minimum, qui devrait atteindre 400 000 pesos (470 dollars) par mois à partir d’août. Le président Gabriel Boric a déclaré que son objectif était de le porter à 500 000 pesos d’ici 2026.

Le premier mai est arrivé trop tôt pour que beaucoup en Chine puissent profiter de ce qui est généralement l’une des vacances les plus occupées de l’année.

Une série de confinements déclenchés par la hausse des cas de Covid a entraîné la désertion des restaurants et des sites touristiques pendant ce qui est généralement une période frénétique.

“Évidemment, c’est mauvais en termes d’intérêt personnel, mais c’est nécessaire dans l’ensemble pour le bien du pays”, a déclaré un jeune serveur dans un restaurant désert près de la Cité interdite à Pékin.

fraises-jxb / har / tca / st