UE-Participation de Jean-Yves Le Drian au Conseil des Affaires étrangères (Bruxelles, 16 mai 2022)

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, participe aujourd’hui au Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Les 27 ministres discuteront du soutien de l’UE aux pays des Balkans occidentaux, d’abord entre eux, puis rejoints par leurs six homologues régionaux. M. Le Drian rappellera aux ministres que l’intensification de leur engagement auprès de ces pays est l’une des priorités de la présidence française du Conseil de l’UE. Il rappellera à ses homologues régionaux l’importance d’un alignement sur les sanctions prises par l’UE en réponse à l’agression russe contre l’Ukraine et réitérera l’engagement de la France à réaliser leurs aspirations européennes.

Les ministres discuteront de la crise ukrainienne en présence des ministres des Affaires étrangères ukrainien et canadien, Dmytro Kuleba et Mélanie Joly. M. Le Drian réaffirmera le plein soutien de l’UE à l’Ukraine, à son indépendance et à son intégrité territoriale. Il soulignera l’ampleur de la réponse de l’Europe à l’agression russe dans les domaines militaire, financier et humanitaire, ainsi que dans le domaine des sanctions, de la lutte contre l’impunité, du soutien aux pays tiers touchés et de la lutte contre la manipulation de l’information. Il soulignera la nécessité de faire face aux répercussions de cette guerre imposée par la Russie sur la sécurité alimentaire.

Les ministres examineront également la question de l’adhésion rapide de la Finlande et de la Suède à l’OTAN. M. Le Drian répétera que la France soutient pleinement ce choix souverain.

Émirats Arabes Unis-Décès du Président des Émirats Arabes Unis et émir d’Abou Dhabi, Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan (13 mai 2022)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE JEAN-YVES LE DRIAN

MINISTRE DE L’EUROPE ET DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

La France a appris avec une profonde tristesse le décès du Président des Émirats Arabes Unis et de l’Émir d’Abou Dhabi, Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, et présente ses sincères condoléances à sa famille et au peuple émirati.

Avec le décès de Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, le peuple émirati perd un dirigeant qui jouissait d’un respect universel.

Nous saluons son profond engagement en faveur de la stabilité et de la paix dans la région et dans le monde. Ses efforts pour trouver des réponses à long terme aux défis mondiaux étaient inébranlables.

Cheikh Khalifa était un ardent partisan du renforcement du partenariat stratégique franco-émirati. La France rend hommage à son engagement inébranlable à entretenir les liens de confiance et de coopération entre la France et les Émirats arabes Unis.

C’est dans cet esprit de confiance et d’amitié que la France présente au peuple et aux autorités émiraties ses sincères condoléances et cette affirmation de notre profonde amitié.

Renault cède des actifs russes à Moscou

Le constructeur automobile français Renault a cédé ses actifs russes au gouvernement russe, ont annoncé lundi les deux parties, marquant la première nationalisation majeure depuis le début des sanctions imposées par la campagne militaire de Moscou en Ukraine.

Renault contrôlait 68% d’AvtoVAZ, le plus grand constructeur automobile de Russie avec la première marque du pays, Lada, mais était sous pression pour se retirer du pays depuis l’intervention militaire de la Russie en Ukraine.

Renault a injecté des milliards d’euros dans l’usine de l’ère soviétique depuis que les deux constructeurs automobiles ont signé un accord de partenariat stratégique en 2008.

Aucun détail financier n’a été fourni mais le ministre russe de l’Industrie et du Commerce, Denis Manturov, a déclaré en avril que Renault prévoyait de vendre ses actifs russes pour “un rouble symbolique”.

“Des accords ont été signés sur le transfert des actifs russes du groupe Renault à la Fédération de Russie et au gouvernement de Moscou”, a déclaré lundi le ministère de l’Industrie et du Commerce dans un communiqué.

En vertu de l’accord, Renault conservera une option de six ans pour racheter la participation dans AvtoVAZ.

L’accord comprenait également l’usine Renault de Moscou, Avtoframos, qui fabrique des modèles Renault et Nissan.

« Aujourd’hui, nous avons pris une décision difficile mais nécessaire; et nous faisons un choix responsable envers nos 45 000 employés en Russie, tout en préservant la performance du Groupe et notre capacité à revenir dans le pays à l’avenir, dans un contexte différent”, a déclaré le directeur général de Renault, Luca de Meo, dans un communiqué.

Contacté par l’AFP, Renault a refusé de confirmer s’il avait vendu ses actifs russes pour un rouble.

Grâce à AvtoVAZ, la Russie était le deuxième marché du Groupe Renault derrière l’Europe l’an dernier, avec environ un demi-million de véhicules vendus.

– « Nouvelle page dans l’histoire’ –

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a déclaré que la production de voitures particulières à l’usine Renault reprendrait sous la marque Moskvich de l’ère soviétique après que le constructeur automobile français eut décidé de la fermer.

“C’est son droit, mais nous ne pouvons pas permettre à des milliers de travailleurs de se retrouver sans travail”, a déclaré Sobianine dans un communiqué.

“En 2022, nous ouvrirons une nouvelle page de l’histoire de Moscou”, a-t-il ajouté.

“Nous allons essayer de garder la plupart de l’équipe travaillant directement à l’usine et avec ses sous-traitants.”

Depuis que le président Vladimir Poutine a envoyé des troupes en Ukraine fin février, Renault a eu du mal à maintenir ses opérations en raison d’un manque de composants suite à l’imposition de sanctions occidentales.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé en mars Renault et d’autres entreprises françaises à quitter la Russie. Kiev a également appelé au boycott des véhicules Renault jusqu’à ce qu’il se retire de Russie.

Le 24 février, Poutine a ordonné aux troupes russes de pénétrer en Ukraine pro-occidentale, déclenchant des sanctions occidentales sans précédent contre la Russie et déclenchant un exode de sociétés étrangères, notamment H&M, McDonald’s et Ikea.

Les autorités se sont dites prêtes à nationaliser les actifs étrangers et certains responsables ont assuré aux Russes que leurs marques préférées auraient des alternatives nationales.

Les responsables à Moscou ont cherché à minimiser la gravité des sanctions occidentales, promettant que la Russie s’adapterait et prendrait des mesures pour arrêter la fuite des devises et des capitaux.