Arménie – Jean-Baptiste Lemoyne président de la réunion sur les ambitions franco-arméniennes à l’occasion du 30e anniversaire de l’établissement de nos relations diplomatiques (Paris, 09 mars 2015). 2022)

A l’occasion du 30e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et l’Arménie, Jean-Baptiste Lemoyne, Ministre Délégué au Tourisme, aux Français de l’Étranger et à la Francophonie, rattaché au Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères, et aux Petites et Moyennes Entreprises, rattaché au Ministre de l’Économie, des Finances et du Redressement, présidera aujourd’hui à Paris un événement de haut niveau qu’il ouvrira conjointement avec le Ministre arménien des Affaires Étrangères Ararat Mirzoyan.

Sous le haut patronage du Président français, cet événement, intitulé “ Ambitions : France-Arménie ”, réunira des représentants de collectivités locales, d’entreprises, d’ONG et d’associations de la société civile franco-arménienne dont les efforts contribuent à nourrir les relations économiques, culturelles et scientifiques entre la France et l’Arménie.

Cet événement sera l’occasion de présenter des projets de coopération dans le cadre de la feuille de route économique franco-arménienne signée par les deux gouvernements le 9 décembre dernier. Quatre tables rondes auxquelles participeront des représentants des gouvernements français et arménien et animées par des personnalités impliquées dans le renforcement de la coopération bilatérale porteront sur l’économie, le développement durable, les nouvelles technologies et le tourisme ; l’éducation, la jeunesse et le sport ; la culture et le patrimoine ; et la santé et l’action sociale.

La conférence se terminera à 17 heures après un résumé du Ministre délégué Lemoyne, du Président Macron et du Premier Ministre arménien Nikol Pashinyan.

La France se dit « inquiète » des « retards » dans l’accord sur le nucléaire iranien

La France a averti mardi que de nouveaux retards pourraient entraver un accord nucléaire relancé entre les puissances mondiales et l’Iran, l’Occident étant en désaccord avec la Russie sur son invasion de l’Ukraine, tandis que Washington a déclaré qu’il ne céderait rien à Moscou.

Moscou est une partie directe — avec la Grande-Bretagne, la Chine, la France et l’Allemagne — aux négociations en cours à Vienne visant à relancer l’accord nucléaire de 2015 visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange d’un allègement des sanctions.

Washington participe indirectement, l’ancien président Donald Trump s’étant retiré de l’accord en 2018.

“Nous sommes très proches d’un accord”, mais Paris est “très inquiet des risques que de nouveaux retards puissent peser sur les chances”, a déclaré à la presse une porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans une référence apparente aux demandes de garanties supplémentaires de la Russie.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a exigé de Washington des assurances écrites que les sanctions occidentales massives imposées à Moscou pour son invasion de l’Ukraine n’affecteront pas sa coopération économique et militaire avec Téhéran.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que de telles demandes n’étaient “pas pertinentes ».

La Russie a déclaré lundi que toutes les puissances mondiales devaient avoir des “droits égaux” si l’accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global commun (JCPOA), était relancé.

Les sanctions contre la Russie pour son invasion de l’Ukraine “n’ont rien à voir avec l’accord sur le nucléaire iranien”, a déclaré dimanche Blinken.

La France “ appelle toutes les autres parties à adopter une approche responsable ”, a déclaré mardi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Lors d’une audience mardi au Capitole, lorsqu’on lui a demandé si Washington avait fourni à Moscou les garanties écrites demandées, la sous-secrétaire d’État américaine aux Affaires politiques Victoria Nuland a été claire: “Non.”

”Nous ne négocions pas avec la Russie vis-à-vis de l’Iran », a déclaré Nuland. “La Russie essaie d’augmenter la mise et d’élargir ses exigences en ce qui concerne le JCPOA et nous ne jouons pas « Concluons un accord ».”

“Il y en a peut-être en Russie qui cherchent à obtenir des avantages supplémentaires pour leur coopération et leur participation à la recherche du retour de l’Iran dans le JCPOA, mais ils ne réussiront pas”, a-t-elle ajouté.

Nuland a déclaré aux législateurs que la Russie avait des “relations commerciales relativement petites” avec l’Iran et que sa participation était davantage basée sur ses propres intérêts de sécurité nationale.

Elle a déclaré que les négociateurs à Vienne avaient « presque achevé » un accord et rejeté les appels de certains à interrompre les pourparlers en raison de la guerre en Ukraine.

“La dernière chose dont nous avons besoin en plus de la guerre sanglante de Poutine est un Iran doté de l’arme nucléaire”, a-t-elle déclaré.

L’agence de presse officielle iranienne IRNA a quant à elle déclaré que le principal négociateur de Téhéran, Ali Bagheri, se rendrait mercredi matin à Vienne “pour poursuivre les pourparlers”.