L’UE voit plus d’aide à l’armement en Ukraine, de grandes sanctions contre la Russie

L’Union européenne a annoncé vendredi un soutien militaire supplémentaire de 500 millions d’euros à l’Ukraine et de nouvelles sanctions contre la Russie, alors que la guerre de Moscou suscitait des vœux de renforcement des défenses du bloc.

Les dirigeants de l’UE réunis pour un sommet au Château de Versailles en France ont décrit l’attaque de Moscou contre l’Ukraine comme un appel au réveil pour que le bloc des 27 adopte une approche plus stricte pour assurer sa sécurité.

”On ne peut nier le fait qu’il y a deux semaines, nous nous sommes réveillés dans une Europe différente, dans un monde différent », a déclaré le chef du Conseil européen, Charles Michel.

L’exécutif de l’UE a proposé de doubler son financement pour l’envoi d’armes en Ukraine à un milliard d’euros alors que l’Occident se démène pour soutenir les forces de Kiev face à l’assaut du Kremlin.

Le bloc a brisé le mois dernier un tabou de longue date en acceptant de payer pour des livraisons d’armes à l’Ukraine après que le président russe Vladimir Poutine eut lancé l’invasion de son voisin pro-occidental.

Cette décision faisait partie d’une large poussée des alliés de l’Ukraine à envoyer des armes au milieu des appels désespérés de Kiev pour des systèmes de défense aérienne après que les appels à imposer une zone d’exclusion aérienne ont été repoussés.

Parallèlement à de nouvelles livraisons d’armes, les dirigeants de l’UE ont également déclaré qu’ils se préparaient à une nouvelle série de sanctions économiques alors qu’ils cherchaient à maintenir la pression sur Poutine au sujet de l’effusion de sang.

L’Occident a déjà frappé Moscou avec un barrage de sanctions sans précédent, mais l’UE n’a jusqu’à présent pas accepté de suivre l’exemple des États-Unis pour frapper les principales exportations de pétrole et de gaz de la Russie.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il parlerait à nouveau à Poutine dans les prochaines heures avec le chancelier allemand Olaf Scholz.

Macron a averti le chef du Kremlin de nouvelles “sanctions massives” s’il intensifiait les bombardements ou s’il cherchait à implorer la capitale ukrainienne Kiev.

”Dans ce cas, rien n’est hors de propos, rien n’est tabou », a déclaré Macron.

« Nous ferons tout ce que nous jugerons efficace et utile pour stopper la Russie dans son agression.”

La chef de l’UE, Ursula von der Leyen, a déclaré vendredi que le bloc interdirait l’exportation de produits de luxe vers la Russie, portant un “coup direct à l’élite russe”.

Jeudi, elle a déclaré que les dirigeants de 27 étaient convenus d’explorer les moyens d’éliminer la dépendance du bloc vis-à-vis des combustibles fossiles russes en cinq ans.

– ‘Investir plus’ –

Alors que l’UE a innové dans l’envoi d’armes à l’étranger, elle a également été choquée de reconsidérer son approche de la sécurité après des décennies à compter sur l’OTAN dirigée par les États-Unis pour assurer les défenses de l’Europe.

Les dirigeants ont convenu dans une déclaration “d’augmenter considérablement les dépenses de défense” et de renforcer la coopération sur les projets militaires entre les États membres.

“ Nous devons résolument investir davantage et mieux dans les capacités de défense et les technologies innovantes », a déclaré la déclaration.

Le Premier ministre estonien, Kaja Kallas, a déclaré que le bloc examinait des questions telles que l’opportunité de “se procurer des capacités communes, par exemple, qui sont trop chères pour qu’un État individuel puisse acheter lui-même.”

Elle a également appelé tous les États membres de l’UE — dont six ne font pas partie de l’OTAN — à refléter l’engagement de l’alliance militaire de consacrer au moins deux pour cent de son PIB à la défense.

La sécurité collective dans l’Union européenne est principalement gérée par l’alliance de l’OTAN dirigée par les États-Unis, mais la France, la plus grande puissance militaire de l’UE, a lancé des appels en faveur d’un rôle accru pour le bloc.

L’assaut contre l’Ukraine a maintenant suscité quelques revirements.

L’Allemagne a déchiré des décennies de politique en acceptant d’envoyer des armes en Ukraine après le début de la guerre et a promis 100 milliards d’euros supplémentaires (110 milliards de dollars) pour aider à améliorer ses forces armées.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré jeudi que les pays agissaient « dangereusement » en soutenant la fourniture d’armes à l’Ukraine.

– Longue route vers l’UE –

Les dirigeants de l’UE ont douché jeudi les espoirs de l’Ukraine d’accéder rapidement à l’Union européenne, affirmant qu’il s’agissait d’un processus à long terme, et non d’une “voie rapide”.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitri Kuleba, a déclaré dans un message vidéo après les pourparlers de vendredi que l’Ukraine souhaitait que l’UE “soit plus ambitieuse” dans ses engagements concernant une éventuelle adhésion.

Mais il a insisté: « Nous, Ukrainiens, savons à 100% que l’Ukraine sera membre de l’Union européenne”, a-t-il déclaré. « Maintenant, c’est une question de temps.”

Le chef du Sahel français dit « pas de redéploiement » au Niger depuis le Mali

Le chef de la mission antidjihadiste française au Sahel a déclaré vendredi que les forces françaises qui étaient retirées du Mali après une querelle avec sa junte ne se redéployeraient pas au Niger voisin.

Le général Laurent Michon, qui commande la force Barkhane dans le Sahel troublé, a déclaré aux journalistes qu’il n’y aurait “absolument aucun redéploiement ” du Mali au Niger.

 » Le retrait de Barkhane n’implique pas un repositionnement au Niger mais un retrait du Mali ”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

La France dispose actuellement de 4 600 soldats à Barkhane, une mission lancée en 2014 pour renforcer des alliés fragiles au Sahel aux prises avec les insurgés djihadistes.

Des milliers de civils au Mali, au Niger et au Burkina Faso ont été tués et plus de deux millions ont fui leurs foyers.

Barkhane a rencontré des problèmes au Mali après le renversement du président élu Ibrahim Boubacar Keita lors d’un coup d’État militaire en août 2020.

La France s’est enfermée dans une querelle acharnée avec la nouvelle junte à cause des retards dans le rétablissement du pouvoir élu, des obstacles croissants auxquels Barkhane et l’amitié croissante du Mali avec le Kremlin se sont heurtés.

Le 17 février, le président Emmanuel Macron a annoncé que la France retirerait ses forces du pays, une opération qui, selon Paris, prendra plusieurs mois.

Environ 2 400 des forces de Barkhane sont actuellement déployées au Mali.

Le retrait “ sera coordonné avec l’état-major militaire malien, l’objectif étant de le faire le plus rapidement possible mais en évitant un vide sécuritaire ”, a déclaré M. Michon.

La France se veut également  » certaine  » que les troupes maliennes sont en mesure de reprendre ses bases de Gao, Ménaka et Gossi, a-t-il précisé.

Le quartier général de Barkhane se trouve à N’Djamena, la capitale tchadienne, mais la mission dispose d’une importante base aérienne à Niamey, la capitale du Niger.

La France maintiendra “ la base aérienne (du Niger) à ses niveaux actuels ”, a déclaré Michon.

Cependant, les niveaux de déploiement au Niger “ pourraient être modifiés à la demande des autorités militaires nigériennes once une fois que l’approbation politique du soutien occidental aura été obtenue ”, a-t-il déclaré.

Dans le cadre de la reconfiguration de la mission, Barkhane sera disponible pour protéger les alliés dans le golfe de Guinée, qui craignent d’empiéter sur les attaques djihadistes en provenance du Sahel, indique la France.

 » L’avenir de Barkhane se construira aux côtés des pays africains qui le souhaitent ”, a déclaré Michon.

“Nous poursuivrons le combat avec les pays qui veulent notre soutien”, a-t-il déclaré.

“Nous souhaitons continuer à rassurer les forces armées, la MINUSMA (la force des Nations Unies au Mali) et le G5 ”, une alliance de cinq pays du Sahel combattant les djihadistes, “de fournir un soutien aérien ou d’autres moyens pour leurs missions”, a-t-il déclaré.

Jean-Yves Le Drian – Événement organisé par Memorial France (10 Mar. 2022)

Paris – Jeudi 10 mars 2022

(EN)

 » Mesdames et messieurs,

Alors que le régime de Vladimir Poutine s’aventure chaque jour un peu plus loin sur les chemins d’une guerre injustifiable contre l’Ukraine et d’une répression massive de la société civile russe, j’ai tenu à être avec vous pour réaffirmer le soutien de la France à Memorial qui, depuis plus de 30 ans, représente tout ce que ces deux voies d’action nient. L’avenir de Memorial est désormais sérieusement menacé en Russie.

Je souhaite donc chaleureusement la bienvenue à Nicolas Werth et Alain Blum qui, au nom de Memorial France, m’ont invité à prendre la parole devant vous, au terme d’une après-midi de discussions qui ont été très fructueuses et utiles, comme nous venons de l’entendre. Cela montre à quel point les paroles des historiens devraient être importantes aujourd’hui.

Pour trouver nos repères dans le temps profondément historique dans lequel nous avons tous été plongés, nous avons besoin de vous : de vos connaissances, de votre regard et de votre vigilance.

Tout d’abord, ce moment est un moment où chacun peut ressentir le retour, au cœur même de notre continent, des échos les plus douloureux du siècle dernier.

L’agression militaire que Vladimir Poutine a choisi irresponsablement de lancer contre l’Ukraine et 44 millions d’Ukrainiens en violation du droit international marque le retour en Europe, après des années de paix et plusieurs décennies de stabilité, de la guerre au sens le plus strict et le plus canonique du terme: une vaste offensive militaire, menée par un État contre un autre, dans le but d’envahir son territoire et d’imposer sa volonté par la force.

Les colonnes de chars sur les routes, les villes assiégées et l’exode des réfugiés sous les bombardements ennemis sont des images qui, comme beaucoup d’autres qui nous hantent désormais sans cesse, ravivent le souvenir de toutes les heures les plus sombres du XXe siècle.

Bien sûr, la comparaison n’est pas une preuve. Mais nous avons tous pensé à 1914, à 1939, à 1956, à 1968, à 1992, à 1999 et à chacune des années terribles de cette longue tragédie européenne, alors que l’Ukraine était au centre de ce qu’un de vos collègues a appelé les “terres sanguinaires” de notre continent.

Le moment que nous vivons est aussi, très objectivement, un moment de régression historique.

Parce qu’il viole les principes cardinaux du droit international et de l’ordre de sécurité européen, le choix de Vladimir Poutine sape brutalement plus de sept décennies d’efforts conjoints, faits avec l’URSS puis la Russie, pour rompre avec les horreurs de la Seconde Guerre mondiale et construire un monde et une Europe plus sûrs et plus stables en régulant les équilibres de pouvoir et en gouvernant la concurrence entre les puissances par le droit, les engagements mutuels entre les États et le dialogue diplomatique.

Nous sommes tous conscients que ce qui vient de se passer est l’aboutissement sinistre d’un long effort pour saper et démanteler cet ordre. Il faut reconnaître qu’un nouveau seuil vient d’être franchi, au prix d’un saut qualitatif dans la transgression qui est très certainement un point de basculement.

Ce point de bascule nous plonge dans une nouvelle ère. En ce sens aussi, nous vivons un moment historique: un moment où le tissu de notre présent se déchire, où un certain monde disparaît irrévocablement et où, peut-être plus que d’habitude, notre avenir dépend des choix que nous pouvons faire.

Les bouleversements et les mutations de ces dernières années ont progressivement défini une nouvelle configuration du pouvoir, où la brutalisation – des relations internationales, de l’espace de l’information et de la rivalité entre modèles – est pleinement à l’œuvre dans la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine. Mais cette guerre n’en est pas moins un événement, au sens le plus fort du terme. Si elle peut être analysée à travers le prisme de tendances existantes et déjà éprouvées, elle prend tout son sens à la lumière des conséquences qu’elle est susceptible d’entraîner.

C’est pourquoi les pays européens et leurs alliés ont rapidement pris des décisions non conventionnelles.

Des décisions non conventionnelles, tout d’abord, pour faire face à l’urgence.

C’est le sens du soutien que nous apportons au gouvernement ukrainien et à la résistance, qui restent fermes.

C’est le sens des sanctions massives que nous avons imposées à l’économie russe pour rendre intenable le coût de la guerre. Ils seront renforcés.

Et c’est le sens de nos efforts humanitaires et de notre travail pour accueillir les réfugiés d’Ukraine.

Des décisions non conventionnelles, aussi, pour faire face aux conséquences à long terme de ce qui se passe actuellement.

C’est l’objet du sommet consacré à l’avenir de notre modèle européen et de notre souveraineté européenne qui se déroule aujourd’hui et demain à Versailles, avec le Président de la République et ses homologues des 27 États membres de l’UE.

Et c’est ce que nous continuerons à faire au cours des semaines et des mois à venir. La France, qui assure actuellement la Présidence du Conseil de l’Union européenne pour le premier semestre de cette année, a une responsabilité particulière à cet égard, et nous entendons l’assumer pleinement.

Ces différents niveaux d’historicité – les échos du 20e siècle européen, le choc d’une régression majeure des relations internationales, l’expérience d’être plongé dans la tourmente historique – qui saturent, comme je le disais, le moment que nous vivons, se heurtent, s’entremêlent et se chevauchent, avec le risque de l’amalgame.

Il y a aussi un autre niveau d’historicité, non moins crucial, qui est au cœur du moment présent. C’est que la guerre lancée par la Russie contre l’Ukraine est très ouvertement un révisionnisme armé.

Le discours du président Poutine du 21 février, pour justifier sa décision de reconnaître l’indépendance des deux républiques fantoches du Donbass, discours qui a ouvert la voie au lancement d’une offensive militaire à grande échelle contre l’Ukraine, a pris la forme d’un discours principalement axé sur le passé de l’Ukraine et de la Russie, du même type que l’essai que ce même Vladimir Poutine a publié l’été dernier sur ce qu’il considère comme – pour reprendre ses mots – “l’unité historique des Russes et des Ukrainiens”. Ces mots sont bien sûr problématiques, présentant comme un fait ce que la pseudo-démonstration qu’ils introduisent est censée montrer.

De nombreux historiens ont immédiatement contesté la validité des sophismes biaisés et parfois même malhonnêtes avancés par Vladimir Poutine dans les deux textes. Ce n’est pas mon rôle de revenir là-dessus.

Ce que je veux dire, en tant que figure politique d’un pays où certains cherchent aussi parfois à réécrire l’histoire, c’est que la théorisation du révisionnisme historique a été utilisée pour justifier la conduite d’un révisionnisme géopolitique. Et cette double révision conduit aujourd’hui au déni, par des actes de guerre, de l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues, de la souveraineté de l’Ukraine et, en fin de compte, du droit même de la nation ukrainienne à exister.

Une violence similaire s’exprime dans le discours qui présente l’Ukraine comme le produit de soi-disant erreurs historiques et dans le déploiement de moyens militaires pour corriger lesdites “erreurs” – une expression que j’utilise entre guillemets et avec toute la distance requise.

C’est une violence contre la nation ukrainienne, qui montre cependant, à travers sa résistance courageuse, sa détermination à rester forte en tant que protagoniste de sa propre histoire.

C’est une violence contre les faits, et pas seulement contre les faits historiques.

Marc Bloch a écrit que “l’incompréhension du présent est la conséquence inévitable de l’ignorance du passé”.

C’est vrai. Mais aujourd’hui, nous voyons une autre spirale de fausseté prendre forme, lorsque la distorsion du passé se prolonge en une falsification du présent. Il est très clair, et malheureusement prouvé, que les manipulations de l’histoire et les manipulations de l’information se répondent et se renforcent mutuellement.

Cela est particulièrement frappant, et révoltant, dans l’instrumentalisation et l’utilisation abusive, par les autorités russes, des notions de dénazification et de génocide, comme indiqué dans les remarques liminaires.

Donc, le déni des faits.

Parce que ni le président Zelensky, ne serait-ce que pour des raisons personnelles évidentes, ni les mouvements politiques choisis démocratiquement par le peuple ukrainien pour gouverner le pays ne sont des nazis, des néo-nazis ou des admirateurs du Troisième Reich. Comme chacun peut le voir, d’ailleurs, à partir de leurs paroles et de leurs actions.

Un déni des faits aussi parce que l’idée que les populations russophones d’Ukraine sont victimes d’un génocide ne tient pas du tout, il n’y a pas le moindre fondement et elle ne peut être étayée par aucun type de preuves.

L’instrumentalisation et l’utilisation abusive des notions de dénazification et de génocide sont donc une négation des terribles expériences historiques auxquelles ils font référence.

C’est pourquoi la violence du révisionnisme de Vladimir Poutine est aussi une violence qui concerne les aspects les plus sensibles des souvenirs de la Seconde Guerre mondiale.

J’ai en particulier à l’esprit des souvenirs ukrainiens, et donc européens.

J’ai en tête nos propres souvenirs européens, dans toute leur diversité.

Mais aussi des souvenirs russes, auxquels cette déformation honteuse du passé et du présent est une insulte.

Le fait que Vladimir Poutine mène une guerre sous prétexte d’une distorsion claire de l’histoire ne vous surprend sans aucun doute pas, car vous êtes des gens qui partagent l’engagement et le combat de Memorial. Pour être honnête, cela ne me surprend pas non plus.

Parce que, comme vous, j’ai constaté que depuis plusieurs années, l’histoire et la mémoire ont été placées là où les abus politiques de son régime rencontrent les abus géopolitiques.

Au cœur de la course effrénée à l’autoritarisme, qui, en Russie même, a malmené un à un tous les principes de l’État de droit et toutes les libertés civiles, il y a une politique de consolidation d’un récit historique national officiel basé sur l’avènement d’un État fort à travers les siècles, couplée à une politique de harcèlement et de répression systématique de tous les “producteurs d’histoire” qui pourrait saper le caractère univoque de ce récit. Harcèlement dont les différents aspects ont été bien documentés et analysés dans un rapport de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH), rédigé par l’un de vous ici aujourd’hui, Ilya Nuzov, et je vous remercie pour ce travail très précieux.

Abus politiques et géopolitiques car au cœur de la course au pouvoir de la Russie sur la scène internationale et européenne, qui depuis 2008 a pris la forme d’une montée progressive de la violence et de la déstabilisation, se joue une propagande basée sur la dimension impériale de ce même récit historique, et utilisée pour justifier les pires violences. Comme si la guerre n’était rien de plus qu’une continuation de l’histoire par d’autres moyens.

C’est pourquoi la répression contre Memorial s’est accrue depuis 2014, lorsque la Russie a annexé la Crimée et a commencé ses efforts pour déstabiliser la région du Donbass. Et c’est pourquoi Memorial est plus que jamais menacé.

Fin décembre, alors que les troupes se préparaient à marcher vers les frontières de l’Ukraine, la justice russe a ordonné, sous de faux prétextes qui n’ont trompé personne, la liquidation judiciaire des deux branches de Memorial : l’ONG Memorial International et le Centre des droits de l’Homme Memorial.

Quelques jours après le début de l’offensive contre l’Ukraine, ce verdict a été confirmé.

Vendredi dernier, alors que les autorités intensifiaient la pression sur la société civile, les bureaux moscovites du Centre des droits de l’Homme Memorial étaient perquisitionnés.

Ce jour–là – comme vous le savez peut-être très bien – le président Macron s’est entretenu avec Alexander Cherkasov, avec qui il a rencontré, je m’en souviens bien, lors d’une visite officielle à Saint-Pétersbourg en 2018. Il l’assure du soutien de la France.

C’est le même message que je suis venu ici pour partager.

Je voudrais vous réitérer – et en particulier à vous, Nikita Petrov et Natalia Morozova – l’indignation et l’inquiétude de la France face à cette répression inacceptable visant à faire taire Memorial.

Faire taire Memorial n’est pas seulement une attaque contre le passé de la Russie, mais aussi contre son avenir.

Je vous le rappelle, avec les mots d’Alexandre Soljenitsyne expliquant sans équivoque pourquoi le silence face aux atrocités est un poison pour des générations entières.

Permettez-moi de lire quelques lignes: “Nous devons condamner publiquement l’idée même que les hommes peuvent exercer une telle violence sur d’autres hommes. En gardant le silence sur le mal, en l’enfouissant si profondément en nous qu’aucun signe de celui-ci n’apparaît à la surface, nous l’implantons, et il se multipliera mille fois dans le futur.Lorsque nous ne punissons ni ne reprochons les malfaiteurs, nous ne protégeons pas simplement leur vieillesse insignifiante, nous déchirons ainsi les fondements de la justice sous les nouvelles générations.”

Je voudrais également réitérer que, comme nos partenaires de l’Union européenne, nous appelons à la libération de Iouri Dmitriev, historien, dont nous avons parlé plus haut, spécialiste des charniers de l’ère stalinienne, défenseur des droits de l’homme et dirigeant local de Memorial, dont la peine de prison a été prolongée en décembre dernier à 15 ans dans une colonie pénitentiaire.

Je voudrais réitérer notre solidarité avec tous les membres des différentes branches de Memorial.

Depuis trois décennies, prenant de plus en plus de risques, elle se bat pour établir fermement une histoire documentée en Russie, à commencer par l’ère stalinienne, au nom d’une exigence de vérité, scientifique, sociale et éthique.

En consultant des archives, des témoignages et des recherches universitaires, ils ont accompli un travail historique remarquable qui a contribué de manière cruciale à l’information sur les crimes de masse du 20e siècle, ainsi qu’à la réhabilitation et à la mémoire de millions de victimes de la répression.

C’est un travail historique et mémoriel, qui concerne à la fois la vérité et la justice, et qui se poursuit grâce à des efforts inlassables pour défendre les droits de l’homme en Russie, et sur les théâtres de guerre où la Russie est engagée – de la Tchétchénie à la Syrie en passant par l’Ukraine à partir de 2014. L’importance de ce qui aujourd’hui ne peut que paraître évidente lorsque nous assistons aux sièges de Marioupol et de Kharkiv, similaires à ceux de Grozny et d’Alep en termes de violence horrible et d’approche terrorisante.

Et je voudrais enfin dire que la France et ses partenaires européens soutiendront Memorial dans la sauvegarde des archives collectées.

Il est impensable que le fruit de 30 ans de travail puisse être perdu.

Il est impensable que l’héritage d’Andrei Sakharov puisse disparaître.

Il est impensable que la flamme du Mémorial puisse s’éteindre, la flamme de cette petite bougie devenue le symbole de son combat pour nous tous.

Car nous avons tous besoin de la lumière qu’elle éclaire sur le passé et le présent.

Oui, nous en avons tous besoin. J’ai entendu dire que c’est ce que vous avez voulu souligner en soulignant ici aujourd’hui la portée universelle et singulièrement européenne de la contribution de Memorial à l’histoire du stalinisme.

Pour cette raison, le motif qui sert de prétexte à l’acharnement judiciaire de Memorial et de tant d’autres organisations défendant la liberté d’expression et les droits de l’homme en Russie, à savoir son statut d ‘“agent étranger” supposé, n’est pas simplement une tactique triste pour dissimuler le motif répressif et calomnieux.

Ce n’est pas seulement le comble du cynisme, venant d’un pouvoir qui a fait de l’ingérence dans les espaces publics et les élections des démocraties l’une de ses spécialités.

Mais aussi l’expression d’une profonde incompréhension de la valeur du travail de Memorial, et des raisons pour lesquelles un pays comme la France le soutient.

La notion d ‘“agent étranger” insinue assez fortement que Memorial agit soi-disant contre les intérêts de la Russie, au nom d’autres puissances. Quand, en réalité, tout le contraire est vrai.

Memorial fournit à la société russe des instruments décisifs pour avoir une vision claire de sa propre histoire.

Ce faisant, Memorial fournit à sa société des instruments décisifs pour comprendre le passé de l’Europe.

Car ni l’histoire de la Grande Guerre patriotique ni l’histoire du stalinisme n’appartiennent à la Russie – et encore moins à son seul président. Ils sont, à tout le moins, des liens avec notre propre histoire européenne.

C’est pourquoi je voulais également saluer l’effort conjoint de toutes les branches européennes de Memorial, réunies ici aujourd’hui, pour poursuivre le travail de Memorial.

Il traverse la France, l’Italie – merci Niccolò Pianciola – et la République tchèque – merci Štěpán Černoušek – ainsi que de nombreux autres pays de notre Union. Et tous les Européens ont des raisons d’en être reconnaissants.

Car si c’est un signe de solidarité avec les organisations persécutées en Russie, c’est aussi une réponse à l’un de nos plus grands défis européens: les défis de la construction d’une historiographie et d’une mémoire européennes partagées qui assurent une diversité implacable de nos histoires nationales et une pluralité implacable de nos mémoires européennes.

Chacun d’entre nous ici sait que ce travail crucial – essentiel pour la capacité de notre Europe à affirmer sa souveraineté, son modèle et sa stature de puissance sur la scène internationale – bute principalement sur le fait que nous nous rencontrons encore trop souvent pour parler de nos expériences, parfois radicalement différentes, de la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui n’a pas rendu la liberté à tout notre continent. L’histoire et la mémoire du passé soviétique en sont certainement l’une des principales raisons. C’est pourquoi ils ne concernent pas seulement le peuple russe, mais tous les Européens.

En faisant connaître le travail de Memorial dans vos pays respectifs et lors de rencontres comme celle-ci, je crois que vous jouez un rôle important dans l’établissement de cette historiographie et de cette mémoire européennes pluralistes. Et nous sommes très fiers de vous accompagner, je pense notamment au campus Condorcet, à travers l’ensemble de notre réseau culturel et éducatif en Europe.

Enfin, mesdames et messieurs, en rendant hommage aux membres russes de Memorial, je voudrais réaffirmer très clairement que nous sommes aux côtés de tous les Russes qui, en osant manifester et en osant s’exprimer publiquement, s’opposent à la guerre de Vladimir Poutine.

Nous sommes conscients des risques qu’ils prennent.

Nous sommes conscients de la répression violente à laquelle ils sont soumis.

Et nous respectons leur courage.

Bien que nous ayons pris, que nous prenions et que nous prendrons des mesures drastiques pour isoler la Russie sur la scène internationale et que nous exercions des pressions sur son économie et les membres de son élite pour obtenir, pour commencer, un cessez-le-feu en Ukraine, nous n’avons en aucun cas l’intention de rompre les liens intellectuels, académiques et culturels que nous partageons avec la société civile russe et ses forces de progrès.

Sans aucun doute, cela sera malheureusement de plus en plus difficile, mais nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour préserver ces liens. Jusqu’à ce que nous puissions nous revoir.

Au moment où la Russie se referme, j’ai senti que cela devait être dit ici.

J’espère que ce dernier message sera entendu.

Merci. »

Iran – Questions-réponses (10 Mars. 2022)

Q: Ce matin, l’Iran a accusé les États-Unis d’avoir fait des propositions inacceptables lors des négociations de Vienne et hier, la Russie a insisté pour que ses exigences concernant l’impact des sanctions européennes et américaines soient prises en compte dans la version finale. Quelle est votre réaction à ces derniers développements et craignez-vous qu’un accord devienne une possibilité plus lointaine?

A: Nous sommes très près de parvenir à un accord, mais la fenêtre d’opportunité se referme. Il est essentiel qu’il soit finalisé tant qu’il reste encore du temps, en particulier avant que les avancées du programme ne privent le Plan d’action de ses avantages en matière de non-prolifération. Nous sommes préoccupés par l’impact des retards supplémentaires sur nos chances de parvenir à une conclusion. Avec nos partenaires de l’E3, nous appelons toutes les autres parties à adopter une approche responsable et à prendre les décisions nécessaires pour que cet accord puisse être finalisé.