Annaud revient à Hollywood avec la première du festival « Notre-Dame en feu »

Peut-être plus que tout autre réalisateur français, Jean-Jacques Annaud s’est toujours senti chez lui à Hollywood, avec le flair de la capitale américaine pour l’épopée et le spectaculaire.

Maintenant, le lauréat d’un Oscar de 78 ans derrière “Le nom de la Rose”, « Sept ans au Tibet » et « Ennemi aux portes “revient à Tinseltown avec son dernier film,” Notre-Dame en feu “(”Notre-Dame Brule ») — un thriller sur l’incendie de la cathédrale bien-aimée à Paris.

Annaud s’est entretenu avec l’AFP par téléphone depuis la capitale française alors que les organisateurs du Festival américain du Film français (TAFFF) du mois prochain ont annoncé mardi que son film serait leur première soirée de gala à Los Angeles.

“Je suis proche de Notre-Dame maintenant et loin de Los Angeles. Mais une partie de mon cœur reste à Los Angeles”, a déclaré Annaud.

L’histoire de l’enfer qui a englouti le monument gothique du 12ème siècle de Paris en 2019 était “un grand drame que seul un scénariste hollywoodien fou pouvait imaginer”, a-t-il déclaré.

“Notre-Dame en feu  » met en scène l’histoire de pompiers qui ont risqué leur vie pour éteindre les flammes avant que toute la cathédrale ne soit détruite — et les erreurs et les malheurs qui ont retardé la réponse initiale.

Le film fusionne de vraies images d’archives de l’incendie avec des scènes tournées par Annaud recréant la catastrophe.

On y suit un agent de sécurité qui a accidentellement vérifié les flammes dans le mauvais grenier de la cathédrale lorsque la première alarme a retenti, les camions de pompiers bloqués dans la circulation parisienne et le superviseur qui n’a pas pu se rendre au travail avec son vélo “Velib” en libre-service alors qu’il se précipitait sur les lieux.

” J’ai eu le sentiment en écrivant le scénario que j’avais une mine d’or… c’était tellement bizarre, tellement incroyable », a déclaré Annaud.

Sorti en Europe plus tôt cette année, le film montre comment des millions de personnes à travers le monde ont regardé avec horreur la célèbre flèche de la cathédrale s’effondrer et une grande partie de son ancien toit a été détruite.

La cathédrale Notre-Dame accueillait généralement près de 12 millions de visiteurs dans le monde par an et les Américains ont contribué de manière prolifique à une collecte de fonds internationale pour reconstruire le monument.

« Partout dans le monde, cette cathédrale était bien plus qu’un symbole de Paris, ou de la France, ou même du catholicisme ou du christianisme”, a déclaré Annaud.

“C’était bien au-dessus de ça. C’était, en quelque sorte, une sorte de peur, la métaphore de l’effondrement de la culture occidentale symbol c’était un symbole de permanence.”

– ‘Spectaculaire’ –

La participation au festival du mois prochain poursuit l’histoire d’amour d’Annaud avec Hollywood, qui, selon lui, diverge souvent des traditions cinématographiques françaises en termes d’échelle et de budget.

“En Amérique, j’ai réalisé que l’investissement consiste à essayer de faire la meilleure chose possible et la plus spectaculaire, la plus attrayante, la plus attrayante”, a-t-il déclaré.

Contrairement au mouvement français de la Nouvelle Vague, qui a émergé dans les années 1950 du théâtre et des romans et a mis l’accent sur le dialogue, le cinéma américain se concentre davantage sur le mouvement et le visuel, a déclaré Annaud.

“L’art du cinéma est de raconter des histoires passionnantes visuellement. Sinon, c’est une émission de radio télévisée, c’est un autre jeu, c’est autre chose”, a-t-il déclaré.

“Si nous avons le privilège d’être vus sur grand écran, c’est pour remplir ce grand écran et ne pas avoir seulement des gens qui parlent comme dans les émissions de télévision”, a-t-il ajouté.

“Je n’aurais pas fait les films que j’ai faits sans le soutien total et l’amitié des sociétés de production américaines et des grands studios.”

– ‘Final Cut’ –

Parmi les autres films à l’affiche cette année au TAFFF, qui se déroulera du 10 au 16 octobre, figurera « Final Cut » (« Coupez! ») de Michel Hazanavicius, le réalisateur oscarisé de  » The Artist.”

Seront également présentés deux films récemment nommés sur une liste restreinte de films français à soumettre aux Oscars de l’année prochaine — “Les Pires” (“Les Pires”) et “À Plein Temps” (“A Plein Temps”).

“Hawa” d’Amazon Prime de Maimouna Doucouré, dont le précédent film “Cuties” a été publié par Netflix et a suscité une controverse internationale sur des allégations d’hypersexualisation de jeunes filles, sera également présenté.

Le festival se termine avec “La Nuit du 12” de Dominik Moll et une projection en salles de la mini-série franco-américaine de HBO“Irma Vep”, créée par Olivier Assayas et basée sur son film éponyme de 1996.

Macron qualifie l’invasion de l’Ukraine de retour à « l’impérialisme »

Le président français Emmanuel Macron a déclaré mardi aux Nations Unies que l’invasion de l’Ukraine par la Russie remontait à l’ère de l’impérialisme.

“Ce à quoi nous assistons depuis le 24 février est un retour à l’ère de l’impérialisme et des colonies. La France refuse cela et travaillera avec persévérance pour la paix », a-t-il déclaré devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

« Qui est un hégémon maintenant si ce n’est la Russie? »il a demandé.

Macron s’est adressé à l’Assemblée générale quelques heures après que les alliés russes eurent annoncé qu’ils convoqueraient des référendums sur l’annexion dans les parties occupées de l’Ukraine, une décision dénoncée par les puissances occidentales.

Les pays européens et les États-Unis ont imposé des sanctions radicales à la Russie, mais un certain nombre de pays en développement ont cherché davantage un terrain d’entente et craignent que la crise ukrainienne ne fasse de l’ombre à d’autres préoccupations.

« Ceux qui se taisent maintenant sur ce nouvel impérialisme, ou en sont secrètement complices, font preuve d’un nouveau cynisme qui est en train de détruire l’ordre mondial sans lequel la paix n’est pas possible”, a déclaré Macron.