La lutte de la France avec son passé algérien

Les fantômes de la guerre d’indépendance de l’Algérie vis-à-vis de la France hantent toujours les deux pays, six décennies plus tard.

La France a tenté de panser les plaies, mais refuse de  » s’excuser ou de se repentir » pour ses 132 années de domination coloniale souvent brutale.

À l’occasion du 60e anniversaire des accords d’Evian qui ont mis fin à l’effusion de sang signés le 18 mars 1962, l’AFP se penche sur la manière dont la France a lutté contre son héritage algérien.

– Indépendance –

L’Algérie, que Paris considérait comme une partie intégrante de la France, est devenue indépendante le 5 juillet 1962 après une guerre dévastatrice de huit ans.

La division de la France sur l’Algérie était si amère que la décision de se retirer a conduit certains généraux de premier plan à tenter un coup d’État.

Les historiens français disent qu’un demi-million de civils et de combattants ont été tués dans la guerre — la grande majorité des Algériens — tandis que les autorités algériennes insistent sur le fait que trois fois plus de personnes ont perdu la vie.

Il a fallu près de 40 ans à la France pour reconnaître officiellement que “ les événements en Afrique du Nord ” constituaient une guerre.

– Exode –

En l’espace de quelques mois d’indépendance, un million de “ pieds-noirs ”, colons d’origine européenne, ont fui en France.

Ironiquement, ils ont souvent fini par vivre aux côtés d’immigrants algériens. Beaucoup deviendront plus tard l’épine dorsale de l’extrême droite française.

Certains Algériens qui ont combattu pour les Français, appelés “Harkis », ont été exécutés ou torturés en Algérie, mais leur nombre est très contesté.

60 000 autres ont fini dans des camps d’internement sordides en France.

– Les présidents réfléchissent au passé –

Valery Giscard d’Estaing a été le premier président français à se rendre en Algérie indépendante en avril 1975.

Son successeur François Mitterrand a déclaré que “la France et l’Algérie sont capables de surmonter le traumatisme du passé” lors d’une visite en novembre 1981.

Nicolas Sarkozy a admis que le  » système colonial était profondément injuste « .

François Hollande l’a qualifié de ”brutal » et est devenu en 2016 le premier président à marquer la fin de la guerre — provoquant un tollé parmi ses opposants.

Emmanuel Macron – le premier président français né depuis la guerre – a exaspéré la droite en qualifiant la colonisation de l’Algérie de “ crime contre l’humanité” lors de sa campagne électorale en 2017.

Il a dit qu’il était temps que la France “regarde notre passé en face”.

– Gestes symboliques –

Après son élection à la présidence, Emmanuel Macron a présenté ses excuses à la veuve d’un jeune partisan français de l’indépendance algérienne, un communiste torturé à mort par l’armée française en 1957.

Emmanuel Macron a également admis que l’avocat algérien Ali Boumendjel avait été torturé et tué la même année, un meurtre que les autorités françaises avaient longtemps nié.

Après la publication en janvier 2021 d’un rapport commandé par l’État sur la colonisation par l’historien français d’origine algérienne Benjamin Stora, Macron a déclaré que des “gestes symboliques” pourraient aider à réconcilier les deux pays.

Il a également demandé pardon aux harkis qui avaient été “ abandonnés ” par la France.

– Histoire « réécrite’ –

Mais Macron a rejeté les appels à la France à « s’excuser ou à se repentir » pour son séjour en Algérie.

Il a déclenché une fracture majeure fin 2021 après avoir accusé le “système politico-militaire de l’Algérie post-indépendance… (de) réécrire totalement” l’histoire du pays.

Deux semaines plus tard, il a qualifié de “ crime inexcusable ” le massacre de dizaines de manifestants algériens à Paris par la police française en 1961.

En janvier 2022, il a également reconnu deux massacres de pieds-noirs opposés à l’indépendance algérienne par les forces françaises en 1962, ainsi que la mort de manifestants anti-guerre tués par la police parisienne la même année.

Poutine et Biden d’accord de principe au sommet alors que les tensions en Ukraine montent en flèche

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Joe Biden ont convenu d’un sommet — qui ne se tiendra que si Moscou n’envahit pas l’Ukraine, a annoncé lundi la France à l’issue d’un nouveau cycle de diplomatie effréné pour éviter une guerre totale.

Les deux dirigeants ont dit oui en principe au sommet, proposé par le président français Emmanuel Macron, a indiqué son bureau, la Maison Blanche confirmant la volonté de Biden, bien qu’elle se soit montrée particulièrement prudente.

Un haut responsable de l’administration a déclaré à l’AFP: “Le calendrier reste à déterminer. Format à déterminer pour que tout soit complètement théorique.”

L’Elysée a ajouté que le sommet serait élargi aux “parties prenantes concernées” et que les préparatifs commenceraient jeudi entre la Russie et les États-Unis.

La percée possible est survenue après que Washington a averti d’une invasion imminente et que l’Ukraine et la Russie se sont mutuellement blâmées pour une recrudescence des bombardements sur la ligne de front séparant les forces de Kiev des séparatistes soutenus par Moscou.

Les bombardements ont poussé les Ukrainiens à fuir vers des caves et d’autres abris, tandis que certains civils ont été évacués.

Dans sa propre déclaration, la Maison Blanche a averti qu’elle était toujours prête “à imposer des conséquences rapides et graves” en cas d’invasion de la Russie.

“Et actuellement, la Russie semble poursuivre les préparatifs en vue d’un assaut à grande échelle contre l’Ukraine très bientôt”, a déclaré l’attachée de presse américaine Jen Psaki.

Washington et d’autres capitales occidentales affirment que la Russie a massé plus de 150 000 soldats aux frontières de l’Ukraine et est prête à lancer un assaut à grande échelle.

Moscou nie toute intention d’envahir son voisin, mais a exigé que l’alliance de l’OTAN exclut définitivement la candidature de l’Ukraine à l’adhésion et a appelé au retrait des forces occidentales déployées en Europe de l’Est depuis la fin de la guerre froide.

– Appels Macron-Poutine –

L’annonce du sommet est intervenue quelques instants après que Macron eut tenu son deuxième appel marathon avec Poutine de la journée.

Au cours de leur première discussion de 105 minutes, Poutine a imputé l’augmentation de la violence sur la ligne de front à des “provocations menées par les forces de sécurité ukrainiennes”, selon un communiqué du Kremlin.

Poutine a répété un appel pour que “les États-Unis et l’OTAN prennent au sérieux les demandes russes de garanties de sécurité”.

Mais le bureau d’Emmanuel Macron a également déclaré que les deux hommes s’étaient mis d’accord sur “la nécessité de favoriser une solution diplomatique à la crise en cours et de tout faire pour en parvenir à une”.

La deuxième fois que les deux hommes se sont entretenus, tard dimanche soir, c’était pendant une heure, a déclaré la présidence française. L’annonce du sommet est intervenue peu de temps après.

Plus tôt, le secrétaire d’État américain Antony Blinken avait déclaré que la Russie restait “sur le point” d’envahir l’Ukraine.

Les médias américains ont cité des sources anonymes affirmant que Washington avait reçu la semaine dernière des renseignements montrant que le Kremlin avait donné l’ordre aux troupes d’attaquer. La Maison Blanche, le Pentagone et le Département d’État n’ont pas confirmé les informations demandées par l’AFP.

Des images satellites d’une société américaine ont également montré de nouveaux déploiements de troupes russes le long de la frontière.

Macron s’est également entretenu avec l’ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a appelé à un cessez-le-feu immédiat et à la reprise des pourparlers.

”Nous sommes pour l’intensification du processus de paix“, a tweeté Zelensky, ajoutant qu’il avait informé Macron de ”nouveaux bombardements provocateurs » sur la ligne de front entre les forces ukrainiennes et les rebelles soutenus par la Russie.

Cette ligne de front instable a connu une ”augmentation spectaculaire » des violations du cessez-le-feu, ont déclaré des observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Des centaines d’attaques d’artillerie et de mortier ont été signalées ces derniers jours, dans un conflit qui gronde depuis huit ans et qui a fait plus de 14 000 morts.

– « Bombarder à nouveau’ –

Les journalistes de l’AFP ont entendu de nouveaux bombardements dans la nuit près de la ligne de front entre les forces gouvernementales et les rebelles soutenus par Moscou qui tiennent une partie des districts est de Lougansk et de Donetsk.

À Zolote, un village en première ligne dans la région de Lougansk, un journaliste de l’AFP a trouvé des habitants cachés dans une cave au sol grossièrement meublée lorsque le conflit séparatiste a éclaté en 2014.

 » Ces semaines-là, ils ont commencé à bombarder plus fort. Maintenant, ils bombardent à nouveau « , a déclaré Oleksiy Kovalenko, un bricoleur de 33 ans.

Pendant ce temps, à Moscou, l’ambassade des États-Unis a mis en garde les Américains contre des attaques potentielles dans des lieux publics en Russie.

– Vis serrent –

Plus tôt, les craintes d’escalade se sont accrues après que la Biélorussie a annoncé que les forces russes resteraient sur son sol après la fin prévue des exercices conjoints de dimanche, serrant davantage les vis sur l’Ukraine.

Moscou avait précédemment déclaré que les 30 000 soldats dont elle dispose en Biélorussie effectuaient des exercices de préparation avec son allié, qui devraient être terminés d’ici dimanche, permettant aux Russes de regagner leurs bases.

Mais la Biélorussie a déclaré avoir décidé avec la Russie de “poursuivre les inspections”, citant une activité militaire accrue sur leurs frontières communes et une prétendue “escalade” dans l’est de l’Ukraine.

– Enclave occupée –

Les séparatistes soutenus par Moscou ont accusé l’Ukraine de planifier une offensive dans leur enclave, malgré l’énorme renforcement militaire russe à la frontière.

Kiev et les capitales occidentales ridiculisent cette idée et accusent Moscou de tenter de provoquer l’Ukraine et de comploter pour fabriquer des incidents pour fournir un prétexte à l’intervention russe.

Les régions rebelles ont fait des affirmations similaires sur les forces ukrainiennes et ordonné une mobilisation générale, évacuant les civils vers le territoire russe voisin.

« Mon mari m’a dit: prenez les enfants et partez! »Anna Tikhonova, infirmière de 31 ans, a déclaré à l’AFP depuis un camp à Vesselo-Voznessenka, en Russie.

Elle et ses enfants avaient fui Gorlovka, en Ukraine, au son des coups de feu, a-t-elle déclaré.

fraises – st/lb

Déclaration française annonçant le sommet Biden-Poutine sur l’Ukraine

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine ont accepté en principe de tenir un sommet, tant que Moscou n’envahira pas l’Ukraine, a annoncé lundi la présidence française.

Les puissances occidentales ont déployé un dernier effort pour empêcher une guerre européenne après une énorme accumulation de troupes russes le long de la frontière ukrainienne.

Le sommet, annoncé par la France après un appel téléphonique entre le président Emmanuel Macron et Poutine, a été accepté en principe par Moscou et Washington, selon l’annonce.

Voici la déclaration complète annonçant le sommet:

Le Président de la République s’est entretenu avec le Président des États-Unis, M. Joe Biden, et le Président de la Fédération de Russie, M. Vladimir Poutine.

Il a proposé un sommet entre le président Biden et le président Poutine, puis avec les parties prenantes concernées pour discuter de la sécurité et de la stabilité stratégique en Europe.

Les présidents Biden et Poutine ont tous deux accepté le principe d’un tel sommet. La substance devra être préparée par le secrétaire Blinken et le ministre Lavrov lors de leur réunion du jeudi 24 février.

Cela ne peut être tenu qu’à la condition que la Russie n’envahisse pas l’Ukraine.

Le Président de la République travaillera avec toutes les parties prenantes pour préparer le contenu de ces discussions.

Des exercices militaires antidjihadistes menés par les États-Unis commencent sur la côte I.

Des exercices militaires antijihadistes menés par les États-Unis ont commencé dimanche en Côte d’Ivoire, maintenant l’engagement antiterroriste de l’Occident en Afrique de l’Ouest après l’annonce cette semaine par la France de son retrait du Mali.

Silex implique les armées des États-Unis, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Cameroun et du Niger et est soutenu par la France, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Autriche et les Pays-Bas. Il se terminera le 28 février.

Les attaques djihadistes ont frappé le nord de la Côte d’Ivoire et d’autres États du Golfe de Guinée, le Bénin et le Ghana, alors que les combats ont débordé des pays du Sahel — le Burkina Faso, le Niger et le Mali — qui luttent depuis longtemps contre les insurrections.

”Le fait que nous puissions être ici aujourd’hui témoigne de notre capacité à surmonter les adversités pour atteindre nos objectifs communs », a déclaré Jamie Sands, commandant des opérations de l’armée américaine en Afrique.

Sands a officiellement lancé l’exercice à l’Académie Internationale de lutte contre le terrorisme dans la ville de Jacqueville, près du centre économique ivoirien d’Abidjan.

“ L’armée ivoirienne est prête à faire face au terrorisme ”, a déclaré le chef de l’armée ivoirienne, le général Lassina Doumbia.

Ces exercices interviennent après que la France a annoncé qu’elle retirerait ses troupes d’une mission antijihadiste de près de dix ans au Mali, Barkhane, et de la Task Force européenne Takuba.

Ces forces doivent être redéployées dans d’autres pays de la région, en particulier le Niger, voisin du Mali.

Abidjan accueille 900 soldats français, qui offrent un soutien logistique à Barkhane comme l’une de leurs principales responsabilités.